Education au Burkina : Des dessins animés pour apprendre

1188 0

Les enfants n’échappent pas à l’ère du numérique.  Ils sont connectés avec les téléphones portables et les ordinateurs. Ils consacrent plus de temps aux jeux vidéo et autres types de distraction. Une entreprise  veut leur permettre d’apprendre tout en s’amusant. Il s’agit  du projet Paveduc.

Paveduc est développé dans le cadre d’une startup. Ce projet consiste à transcrire le programme éducatif burkinabè sous format audio et vidéo.

« L’objectif est de rejoindre les apprenants là où ils se trouvent. Aujourd’hui les enfants sont de plus en plus connectés sur leurs téléphones, à la technologie. Ce que nous nous sommes dit,  c’est qu’au lieu de faire en sorte qu’ils se déconnectent, c’est de les rejoindre là où ils se trouvent  parce que dans le contexte actuel du développement, il faut forcement qu’on trouve un moyen pour que les enfants puissent continuer à s’instruire quel que soit l’environnement dans lequel on se trouve », déclare  Ben Fatao Nacro, Directeur général de Universel Group Sarl.

Pour lui, c’est par l’éducation que passe le développement d’un pays.

Ben Fatao Nacro, DG de Universel Group Sarl trouve que le développement d’un pays passe par l’éducation

Quelques thèmes dont la table de multiplication et la lecture (Ali est vêtu) sont déjà développés pour permettre aux élèves d’apprendre. « Dans un premier temps, c’était d’abord de mettre des pilotes, des modèles pour prendre le retour du public. C’est dans ce sens que nous avons développé ce programme du primaire parce qu’on se dit que si on arrive à transcrire le programme du primaire, ce sera beaucoup plus simple de transcrire celui du secondaire », lance-t-il.

L’entreprise travaille parallèlement sur le programme de la classe de troisième car  c’est cette cible qui a beaucoup accès à la technologie que celle du  primaire. « Nous avons même signé des conventions avec les professeurs et ensuite nous avons travaillé sur le programme de Tle et après les classes intermédiaires », assure Ben Fatao Nacro.

Comment les programmes sont diffusés ?

Actuellement, la diffusion des clips se fait sur BF1, depuis près de trois mois. L’objectif dans un premier temps, pour les concepteurs, c’est  d’avoir la visibilité en  diffusant   sur des canaux qui ont   une grande portée. « C’est pourquoi nous avons conceptualisé le contenu éducatif sous forme de clip vidéo qui passe à la télé  comme des clips vidéo là où vous ne verrez pas des artistes en train de faire des mimiques de charter ou de danseur, mais de contenu éducatif pour vraiment attirer l’attention des enfants », explique le DG de Universel group Sarl.

La mise en œuvre de ces clips  se fait par une chaîne de production. Elle débute par des séances de travail avec les professeurs. Ensuite vient la scénarisation, le montage vidéo, le graphisme et l’animation simple. Une vingtaine de collaborateurs  travaillent dans l’entreprise Universel group située dans le quartier Pissy de Ouagadougou.

Il s’agit de 10 directs qui sont permanents et des collaborateurs externes. Il s’agit des graphistes, des professeurs, des  arrangeurs, du  scénariste, du coach avec des collaborateurs directs, la communicatrice, les juristes et gestionnaires de projet ainsi que des stagiaires.

Pour le moment, l’entreprise travaille principalement avec ses propres moyens. A en croire le responsable de la structure, il n’est pas aisé de trouver des financements pour des projets. Les travailleurs de Paveduc sont soutenus moralement et administrativement par  l’Assemblée Nationale. « Elle nous a accompagnés vers un partenaire financier qui est le Fonds Economique et Social (SPDF) et à travers le programme  Burkina Startup, elle  nous a permis de lever les fonds afin de pouvoir concrétiser ce projet », soutient le capitaine de Universel group Sarl.

« On travaille aussi à intégrer le contenu dans des smartphones».

Le  contenu du programme est  uplaodé sur une clé USB. « Cela peut être l’équivalent de la matière de mathématique pour la classe de 3e..A l’’intérieur, quand on le paye, c’est comme si on payait un livre numérique dans lequel les vidéos illustratives qui permettent à l’élève de bien fixer ce qu’on leur a appris. La clé USB peut être lue dans les téléphones, des ordinateurs, à la télévision directement et il y a aussi le contenu en ligne sur le site web et l’application mobile que nous sommes en train de développer qui sera disponible dans les prochains mois.

On travaille aussi à intégrer le contenu dans des smartphones que nous allons disponibiliser avec des casques de réalité virtuelle », détaille-t-il.

Les clips qui sont diffusés ont un bon retour. Ceux qui ont l’occasion de suivre apprécient et encouragent le travail de Universel Group. « On a des retours de certains parents d’élèves, certains directeurs d’école qui ont vraiment été enchantés de savoir que ce sont  des programmes développés par des burkinabè. On a eu des responsables de centre pour l’apprentissage des enfants en situation de handicap qui ont du mal souvent à s’intégrer au système classique. Ces enfants qui  regardent les vidéos arrivent à comprendre plus facilement parce c’est des enfants qui n’arrivent pas à se socialiser. Cela fait qu’ils sont un peu à l’écart et grâce à ce programme, ils arrivent à jouer.  Les vidéos sont interactives. Quand on regarde la vidéo, il y a des questions qui sont posées en même temps et c’est un moyen pour ces enfants de se divertir. Il y a d’autres retours des parents qui souhaitent qu’on développe le contenu pour leurs enfants qui sont dans des classes spécifiques », explique-t-il.

«  Il y a des kits alpha numérique pour apprendre à l’enfant l’alphabet et les nombres».

Le programme Paveduc n’est pas un programme qui remplace  le système éducatif actuel. Il est par conséquent un renfort à ce système qui joint  le divertissement à l’éducation.

L’entreprise travaille pour disponibiliser les kits pour le primaire, les programmes pour le 3e courant l’année scolaire 2020-2021. Il  entend organiser la journée d’inauguration pour présenter les produits, finaliser le contenu des classes d’examen et à long terme, proposer une autre technologie, les cartes de réalité virtuelle pour que l’apprentissage soit complètement divertissant.

Mariam Bonsa, chargée de projet Paveduc, pédagogue audiovisuel éducatif,  ajoute que dans l’optique de pousser un peu l’apprentissage, l’entreprise travaille  sur les clips éducatifs dont les clips spécifiques et les clips généraux. « Juste pour accompagner ce que nous faisons dans la vidéo. Ça se présente sous forme de carte, de puzzle et même des vidéos aussi qui accompagnent. Il y a des kits alpha numérique pour apprendre à l’enfant l’alphabet et les nombres. L’alphabet au recto et le nombre au verso, les provinces et le chef-lieu, le puzzle de reconstitution de la carte du Burkina », informe-t-elle.

Universel group existe depuis 2015 et travaille dans la  recherche du développement de projet. Paveduc, qui est  une pédagogie audiovisuelle, a vu le jour en 2017. Il est assuré majoritairement par des Burkinabè.

L’entreprise  lance un appel aux ONG, aux structures qui œuvrent dans le domaine de l’éducation afin de soutenir leur projet.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *