« Ouaga la verte » : Le FPDCT toujours volontaire pour reverdir le Burkina

130 0

Après son opération 10 000 plantes, le Fonds Permanent pour le Développement des Collectivités Territoriales (FPDCT) rebelote avec les reboisements. Sa direction a mis en terre plus d’une centaine de plantes ce samedi 29 août 2020 à la ceinture verte de Ouagadougou.

Le Fonds Permanent dispose d’un espace de 2 hectares au niveau de la ceinture verte afin de participer à reverdir la capitale burkinabè. Et pour y arriver, la structure dirigée par Bruno Dipama a choisi de multiplier les opérations de reboisement. Ainsi donc, à la suite de l’opération 10 000 plantes qui s’est déroulée durant l’année 2019, le FPDCT revient à la charge avec plus d’une centaine de plantes.

Selon les propos du directeur général du FPDCT, le présent acte de sa structure vise « à renforcer le site en arbres». En effet, après l’opération de 2019, peu d’arbres ont survécu. Il était ainsi important de procéder à leur remplacement. Des mesures ont été prises afin de donner plus de chance aux arbres de survivre. « Vous voyez que la clôture est là. Il y a un puits à grand diamètre qui a été creusé et très prochainement, c’est un forage qui sera réalisé », a laissé entendre Bruno Dipama.

Par rapport aux plantes mises en terre, il faut noter que le Fonds Permanent a fait dans la diversification. Pour le bienfondé de cette opération, la directrice régionale de l’environnement du Centre, Awa Fofana explique que « toute personne qui s’engage à planter un arbre, c’est d’abord un acte citoyen ».  Un acte encore plus noble selon elle avec la mise en place de la clôture du site. « Désormais, le site est sécurisé », exprime-t-elle.

La dernière ligne droite à franchir reste donc celle de l’entretien et notamment l’arrosage. Sur cet aspect, Awa Fofana s’est réjouie de la présence du puits et la venue « très prochaine de la fontaine ». Mais en attendant, le FPDCT a sollicité l’aide et l’accompagnement des populations riveraines afin de sauvegarder ces plantes mises en terre. L’objectif est clair et affiché, « obtenir au moins 90% de survie pour les plantes » afin d’arriver à « Ouaga la verte ».

Basile SAMA

Burkina 24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *