Police de proximité au Burkina Faso : Pour une meilleure synergie d’actions entre FDS et populations

153 0

Le cabinet Conseil consultatif en gouvernance et sécurité (2CGS), en collaboration avec Strategic capacity group (SCG), a officiellement remis le rapport du projet «Community-oriented policing strategies in the Sahel» (COPS) aux autorités sécuritaires du Burkina Faso ce lundi 31 août 2020 à Ouagadougou. L’objectif est de contribuer à renforcer les capacités de la police et de la gendarmerie dans la mise en œuvre des stratégies de police de proximité. Ce qui permettra de promouvoir une prestation de services transparents, responsables et équitables et d’améliorer la confiance mutuelle entre les institutions policières et les communautés.

Lancé le 27 juin 2019 dans la commune rurale de Pabré par le Cabinet conseil consultatif en gouvernance et en sécurité (2CGS) et ses partenaires, le projet « Community-oriented policing strategies in the Sahel » (COPS) est à son terme. Le rapport final du projet a officiellement été remis aux autorités sécuritaires ce lundi 31 août 2020 à Ouagadougou.

Dans ledit rapport, plusieurs recommandations ont été formulées en fonction des centres d’intérêt notamment dans le domaine des communications stratégiques, des ressources humaines et de la formation et l’éducation continue afin d’assurer une co-production de la sécurité par les forces de sécurité intérieure et les populations.

Au titre de la communication stratégique, le cabinet et ses partenaires ont proposé des réformes promouvant le développement du partenariat avec les médias existants dans chaque district administratif pour permettre un relai d’information efficace et transparent, le renforcement de la prise de conscience des populations sur les missions et rôles des forces de l’ordre et ainsi concrétiser le principe de coproduction de la sécurité, en temps de paix et de crise.

Programme de formation annuel sur la police de proximité pour la police et la gendarmerie…

Quant au volet des ressources humaines, les porteurs du projet COPS ont suggéré une intégration des principes de la police de proximité dans les codes d’éthique et les systèmes de gestion du personnel. « Ces mesures renforcent la responsabilité des services de police en mettant en œuvre des approches de prévention du crime et de collaboration avec les populations pour répondre aux besoins de sécurité locaux, augmentant ainsi l’efficacité des missions de police et de gendarmerie », font ressortir les recommandations.

Relativement à la formation et à l’éducation continue, les porteurs du projet COPS ont recommandé la mise en œuvre d’un programme de formation annuel sur la police de proximité pour la police et la gendarmerie afin de renforcer les capacités essentielles en matière de prévention du crime et de développement de relations, de collaboration avec les communautés pour améliorer la sécurité.

Pour en arriver à ces recommandations, le Cabinet 2CGS et ses partenaires ont dû travailler en collaboration avec l’ensemble des acteurs intervenant dans le secteur de la sécurité et les populations à la base. Selon le conseiller supérieur de police pour strategic capacity group (SCG), André Gauthier, le projet COPS est l’élaboration des réformes institutionnelles pour promouvoir le concept de police de proximité.

« La sécurité est un idéal qui est recherché par tous »

« En plus du Burkina Faso, le projet est également mis en œuvre dans trois autres pays de la sous-région à savoir le Mali, le Sénégal et le Niger. Au terme du projet, il a été proposé d’opérer une révision des réformes par le ministère de la sécurité et dans l’éventualité, une adoption desdites réformes dans le cadre des lois nationales de la sécurité au Burkina Faso. Il y aura aussi une phase qui fera suite à cette phase des réformes qui portera sur des initiatives techniques sur le terrain. Si ces réformes sont opérées, elles vont faciliter le rapprochement entre les forces de sécurité intérieure et les populations », a-t-il confié.

A en croire le Conseiller technique du ministre de la sécurité, Bienvenu Claude Bado, les recommandations faites par le Cabinet 2CGS et ses partenaires ne dormiront pas dans les tiroirs, car le Burkina Faso se trouve dans un contexte sécuritaire interpellateur. « Si dans certains domaines, les recommandations dorment dans les tiroirs, en matière de sécurité, il va falloir les prendre au sérieux. Je peux vous rassurer que ces recommandations seront bel et bien prises au sérieux en ce sens que la police de proximité est d’une importance certaine.

Elle crée une certaine synergie d’action en matière de lutte contre l’insécurité. Si nous laissons la question de la sécurité entre les mains des éléments des forces de défense et de sécurité, ce sera difficile. Mais si nous impliquons la population, cela pourrait avoir plus de résultats, d’autant que la sécurité est un idéal qui est recherché par tous. Je crois que le concept de la police de proximité doit être d’actualité en ces temps qui courent au Burkina Faso », a soutenu le représentant du ministre de la sécurité.

Correspondance particulière

Pour Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *