Eau et assainissement : Près de 42% d’exécution physique pour le premier semestre 2020

117 0

Pour un taux d’exécution physique d’environ 42% dans le domaine de « l’eau et assainissement »  au premier semestre 2020, le groupe thématique entend mener des réflexions sur le développement de leur secteur afin de relever les défis à eux assignés au terme de l’année 2020.

Ce jeudi 3 septembre 2020 à Ouagadougou, les acteurs du groupe thématique « Eau et assainissement » apprécient les performances du sous-secteur au titre du premier semestre  ainsi que la programmation révisée 2020.

La mise en œuvre des actions de ce secteur a enregistré au 30 juin 2020 un taux d’exécution de 41,7% et un avancement annuel de 26,4%. Quant à l’exécution financière, les taux semestriels et annuels se situent respectivement à 52,4% et 19,8%.

Niouga Ambroise Ouédraogo, ministre de l’eau et de l’assainissement

«Ce n’est pas mal, même si la logique mathématique aurait voulu que ce soit 50%. Environ 42% ce n’est pas mal parce que vous savez qu’en début d’année, il y a toujours des difficultés de démarrage des activités», apprécie le ministre de l’eau, Niouga Ambroise Ouédraogo.

« Ce niveau de mise en œuvre des activités aurait probablement été meilleur, dit le ministre de l’eau, n’eut été le contexte marqué par la pandémie du covid-19, la situation sécuritaire, les régulations budgétaires et la mise à disposition tardive des ressources financières ».

Néanmoins, lance-t-il aux participants nous sommes donc interpellés sur les efforts à fournir pour atteindre les objectifs fixés pour cette année ». Car le ministre  a foi que les objectifs peuvent être atteints pour les 4 mois qui restent.

Les échanges devront aboutir à l’adoption du rapport à mi-parcours de 2020  assorti de recommandations en vue d’améliorer les performances à venir du sous-secteur eau et assainissement.

Cette rencontre est aussi le lieu de porter la réflexion sur deux nouvelles thématiques pouvant contribuer au développement harmonieux et à une dynamisation du secteur : ce sont le dispositif intégré de suivi-évaluation qui devra permettre  une meilleure coordination et du rapportage et le « nexus humanitaire » (qui oblige la prise en compte de nouvelle donne), la crise sanitaire et sécuritaire dans la planification et la mise en œuvre des activités.


Quelques chiffres des réalisations par secteur

1-En matière d’aménagements hydrauliques

  • la réception de 5 nouveaux barrages ( Ipelcé, Sougué, Guiba, Palogo et Guidissi)
  • En matière de gestion intégrée des ressources en eau
  • le maintien et le renforcement de la fonctionnalité des 13 services de la police de l’eau
  • le recouvrement de plus d’un milliard de  F CFA au titre de la contribution financière en matière d’eau.

2-  Approvisionnement en eau potable

  • réalisation de 424 forages neufs et de 20 AEPS (adduction d’eau potable simplifiée)
  • 9 AEP multi villages (approvisionnement en eau potable) et de 24 forages à gros débit
  • la pose de 129,86 km de réseaux et la réalisation de 24 bornes fontaines en urbain

   3- Assainissement des eaux usées et excréta

  • 26 879 latrines familiales institutionnelles et publiques
  • 21 km de réseaux d’assainissement collectif

4- Au titre du programme d’approvisionnement en eau et assainissement

  • 164 forages équipés de pompes à motricité humaines dont 129 destinés à usage communautaire
  • 3367 branchements privés
  • 56 forages à gros de construction et/ou la réhabilitation de 1171 latrines familiales

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *