Agriculture urbaine : L’ONG MANI TESE aux côtés des maraîchères de Ouaga

120 0

Elles ont 201 maraîchères de la commune de Ouagadougou à recevoir qui des motopompes, qui des kits agricoles ce vendredi 4 septembre 2020 à la Maison du peuple de Ouagadougou. Ce don a été rendu possible grâce au peuple italien à travers l’ONG MANI TESE et la fondation ACRA.

C’est avec le sourire aux lèvres que des femmes maraîchères de la ville de Ouagadougou triées sur le volet sont reparties avec du matériel de culture, un don qui vient aider dans leur travail.

« J’ai reçu une pompe et je suis contente. La pompe va me faciliter désormais le travail. Avant je puisais l’eau pour arroser  mes plantes d’un puits très profond et c’était pénible. Souvent, on manquait d’eau pendant la saison sèche », dit Yvette Kéré, maraîchère.

Mais bien avant d’entrer en possession de leur don, ces femmes ont reçu des formations sur les bonnes pratiques culturelles. Ce sont  au total 201 femmes maraîchères qui sont bénéficiaires sur les 3 112 personnes exerçant dans la maraîcher culture sur 52 sites que compte la commune.

Elles repartent ainsi avec un kit composé de pulvérisateurs, brouettes, pick-haches, arrosoirs, râteaux, fourches, pelles et dabas ou d’une motopompe. Ce sont 151 kits et 50 motopompes d’une valeur de 15 millions fcfa qui ont été distribués.

L’objectif de ce projet vise à conférer à l’autorité communale une maîtrise de la filière agriculture urbaine, de déceler les bonnes pratiques en la matière et de définir un plan d’actions de renforcement de capacités des acteurs.

L’importance de ce projet pour la représentante de l’ONG MANI TESE, Giula Polato, réside dans le fait que la maraîcher culture est un moyen de lutte contre la famine et l’augmentation rapide de la population à Ouagadougou.

« Selon une étude des Nations Unies, dit-elle,  la population de Ouaga augmente d’environ 23 personnes chaque heure et d’ici à 2050, la ville comptera 10 millions de personnes à Ouaga.  C’est pour ça, qu’il est très important de travailler, faire en sorte que toutes ces personnes aient à manger. C’est dans cet esprit que se rallie ce projet”.

Le maire de Ouaga remettant un kit à une maraîchère

 L’autorité communale pour sa part reconnait que l’agriculture urbaine présente une double opportunité. Elle constitue un facteur de croissance économique et offre aux Ouagalais une alimentation saine de proximité. Cependant, beaucoup d’efforts restent à faire dans ce secteur pour que les acteurs exercent sereinement leur profession. Pour ce faire, elle note que  la prise en compte de l’agriculture urbaine dans le plan d’occupation des sols est indispensable afin d’éviter la spoliation des terres.

Aussi dans les prochains mois, le maire Armand Béouindé promet de réaliser sur financement municipal des équipements hydrauliques de grande portée, notamment des forages , des châteaux d’eau et un réseau d’adduction d’eau d’une valeur de plus de 100 millions F CFA sur la ceinture verte afin que cet espace de près de 1 000 hectares, soit reconquis au fur et à mesure par les activités horticoles.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *