Fonctionnement de la justice : Des journalistes renforcent leurs connaissances

12 0

Le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM), avec l’appui du PNUD, a organisé du 1er au 4 septembre 2020, à Ouagadougou une formation d’une trentaine de journalistes sur le fonctionnement des juridictions, les procédures et la communication à la population.

L’activité des autorités judiciaires, le fonctionnement des juridictions et les procédures sont mal connus et souvent mal compris par le public et les médias. C’est fort de ce constat, que le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM) avec l’appui du PNUD ont initié une formation à l’endroit des hommes et femmes de médias.

Le président de la cour de cassation, président du CSM, Jean Mazobé Kondé s’est exprimé à la fin de la cérémonie d’ouverture de l’atelier. «A travers cet atelier, les journalistes auront des informations sur comment la justice est organisée dans notre pays, (…). Ce sont des outils qui seront mis à la disposition des journalistes pour leur permettre d’informer de façon correcte, exacte les populations qui ont, comme l’a dit le représentant du PNUD, soifs de justice », a expliqué le président du CSM.

La présente formation qui a eu pour modératrice, la Secrétaire Permanente du CSM, Victoria Ouédraogo/Kibora, a pour objectif de renforcer les capacités des journalistes sur les questions judiciaires. A cet effet, Mahamane Ousmane, représentant du représentant résident du PNUD au Burkina Faso note que les médias sont devenus une étape entre les citoyens et les décisions de justice, d’où la nécessité d’améliorer l’information du public sur l’institution par la formation des hommes et femmes de médias.

La formation a été marquée par plusieurs communications, toujours sur le fonctionnement de la justice. Il s’agit entre autres de l’organisation judiciaire au Burkina Faso, les procédures et la communication de l’information judiciaire à la population. Ces thèmes ont été développés respectivement par les magistrats Tondjoa Sagnan, Bibata Nébié/Ouédraogo, et l’enseignant-chercheur, le Dr Lacina Kaboré.

Les organisateurs de cet atelier ont poursuivi cette activité à Bobo-Dioulasso. Dans cette ville, une vingtaine de journalistes vont renforcer leurs connaissances sur les questions judiciaires.

Irmine KINDA

Burkina24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *