Burkina Faso : L’Ecole nationale de la police a célébré son jubilé d’or

120 0

L’Ecole nationale de la police (ENP) a organisé des journées portes ouvertes pour marquer ses 50 ans d’existence. Cette commémoration a eu lieu en même temps que les 96 heures de l’élève policier à Ouagadougou, du 3 au 6 septembre 2020. 

Plusieurs sous thèmes ont été abordés autour du thème principal « Ecole nationale de police, d’hier à demain », pour marquer d’une pierre blanche, les 96 heures de l’élève policier et les 50 ans d’existence de l’Ecole nationale de police (ENP). Après la cérémonie d’ouverture qui s’est tenue le 3 septembre 2020, la journée suivante a été consacrée à des panels.

Au cours de sa communication, le Directeur de l’Ecole nationale de police, Sié Tiéffi Dabiré, a indiqué que cette commémoration est une occasion de réfléchir et d’élaborer des perspectives afin d’assurer une formation efficiente pour les élèves qui sont la relève. « Le cinquantenaire de l’Ecole nationale de police ne saurait se faire sans un bilan des acquis depuis 1970 à nos jours afin d’en dégager des perspectives pour un avenir radieux ne notre chère école » a précisé Sié Tiéffi Dabiré.

Le représentant du ministre de la sécurité, Claude Bado, conseiller technique, dans son allocution a brièvement fait un état des lieux de l’ENP depuis sa création en 1970 car comme toute chose, il y a toujours des difficultés et des défis à relever.

Ainsi, a-t-il poursuivi, « durant sa longue marche, l’école nationale de police n’a pas connu que des hauts. Elle a aussi connu des bas. C’est ce qui fait partie des bases de l’histoire d’un peuple comme le disait un penseur. Malgré les vicissitudes de l’évolution de l’Ecole nationale de police, elle a toujours su faire face aux difficultés rencontrées… ».

Le bilan des cinquante ans est satisfaisant même s’il y eu des failles. Car pour les organisateurs, beaucoup de choses ont changé et 50 années ne sont pas égales à 50 jours. Par ailleurs, les acquis sont, entre autres, les bonnes bases déjà posées par les devanciers, l’augmentation du niveau de recrutement.

En termes de perspectives, il y a principalement la prise en compte du contexte sécuritaire et sanitaire national et international dans la formation des élèves afin qu’ils soient efficaces pour mieux veiller sur la sécurité du peuple, a souligné l’un des panélistes Edmond Tapsoba.

Zalissa SAVADOGO (Stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *