Burkina Faso : La masse salariale représentera 54,87% dans les prévisions budgétaires de 2021

Des dossiers sur la table du conseil des ministres de ce mercredi 9 septembre 2020, il y avait  l’avant-projet du budget 2021. La masse salariale va représenter 54,87% des recettes fiscales en 2021 contre 53,08% en 2020. 

L’examen du projet du budget indique comme axes prioritaires pour 2021 le renforcement de la sécurité et de la cohésion sociale, la promotion d’une bonne gouvernance, le développement du capital humain et la dynamisation des secteurs porteurs pour l’économie.

Le projet de budget se chiffre à 2241, 42 milliards de FCFA en recettes et à 2782, 22 milliards en dépenses, dégageant ainsi un solde budgétaire global d’au moins 540,80 milliards FCFA correspondant à -5, 60% du PIB.

Les recettes propres se chiffrent à 1947,22 milliards contre des prévisions révisées 1664,78 milliards en 2020 correspondant ainsi à l’accroissement en valeur absolue 282,44 milliards fcfa et en valeur relative de 16,96%.

Les dépenses budgétaires totales se chiffrent à 2782,22 milliards. Elles enregistrent une hausse de 263, 76 milliards. Quant aux dépenses courantes, elles se chiffrent à 1827,10 milliards soient 65,67 des dépenses totales.

«  On peut noter une certaine stagnation du poids de cette nature de dépense, ce qui traduit une maîtrise des charges courantes au profit des dépenses d’investissements », commente le ministre Sango.

Le poids des charges courantes dans les dépenses totales reste dominé par celui des dépenses du personnel qui affichent un montant de 950 milliards FCFA en 2021. La masse salariale va représenter 54,87% des recettes fiscales contre 53,08% en 2020.

S’agissant du taux de pression fiscale, il devrait être de 18% contre une norme régionale  qui devrait être supérieure ou égale à 20%.

Du rapport d’exécution du budget 2020 et la situation de la trésorerie de l’Etat, on retient qu’au titre des recettes au 30 juin 2020, on avait 896,48 milliards FCFA qui avaient pu être recouvrés sur une prévision de 2233,32 milliards, soit un taux d’exécution de 40,14%. Les recouvrements des recettes internes sont de 840,11 milliards soit un taux de 44,34%.

On enregistre donc sur la période un manque à gagner de 94 milliards de F CFA pour principalement la direction générale des impôts et la direction générale des douanes. « Cela est lié évidemment au contexte, explique le ministre. Mais en fin août, la situation s’est nettement améliorée pour le recouvrement des recettes et on se situe autour de 63,60 % d’exécution ».

Au titre des dépenses, le taux d’exécution est de 44,30%, soit 1115, 77 milliards, induisant une amélioration de 135, 29 milliards de F CFA par rapport à 2019.

Recommandation a été donc faite, selon le ministre, aux différents acteurs de fournir plus efforts aussi bien en recettes qu’en dépenses pour le reste de l’année.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page