Santé de la mère et de l’enfant : La campagne « Plus fort avec le lait maternel uniquement» lancée à Bobo

63 0

Le Secrétaire général (SG)  du gouvernorat de la région des Hauts-Bassins Sayouba Ouédraogo a officiellement procédé au lancement de la campagne « Plus fort avec le lait maternel uniquement » le mercredi 8 septembre 2020 à Bobo-Dioulasso. Cette campagne vise l’élimination de l’eau et autres boissons dans l’alimentation des nourrissons de la naissance à six mois.

« Les six premiers mois de la vie, le lait maternel contient tout ce dont le bébé a besoin en termes d’eau et d’éléments nutritifs selon les résultats de plusieurs études scientifiques », explique le  Directeur pays de l’ONG  Alive&thrive au Burkina Maurice Gerard Zafimanjaka. A l’en croire, c’est sur la base de ces données scientifiques que l’OMS et l’UNICEF recommandent l’allaitement exclusif. Ainsi, les nourrissons n’ont pas besoin d’eau avant l’âge de six mois, même en climat chaud et sec.  Car le lait maternel qui est composé d’eau à plus de 88%, surtout au début de chaque tétée.

Selon le Secrétaire général de la région des Hauts-Bassins Sayouba Ouédraogo, la campagne « Plus fort avec l’allaitement maternel exclusif » s’inscrit dans le cadre d’une politique nationale visant l’augmentation de la proportion de nourrisson exclusivement allaités à un taux national de 65% en 2021 et 80% en 2025.

Un facteur qui peut sauver 1,4 millions d’enfants

Se référant toujours aux études scientifiques publiées par the Lancet, le Directeur pays de Alive&Thrive a rappelé que l’allaitement optimal des nourrissons de moins de deux ans constitue la meilleure action de prévention de la malnutrition et crée par conséquent, un impact considérable sur la survie de l’enfant. « L’allaitement exclusif est un facteur qui peut empêcher le  décès de 1,4 millions d’enfants de moins de cinq ans dans les pays en développement », illustre-t-il

C’est ce qui à l’en croire justifie l’engagement de Alive&Thrive dans la promotion de l’allaitement maternel exclusif dans les pays du Sahel où les mamans continuent à donner de l’eau aux nourrissons de moins de six mois.

Le lait maternel s’adapte à tout

Au cours de cette campagne annuelle, il sera question de réaliser  des actions de sensibilisation et de plaidoyers avec l’ensemble des couches sociales afin de mobiliser la participation de chaque citoyen dans la promotion de l’allaitement exclusif. Barkissa Tamboura l’a déjà compris. Elle qui n’hésite pas à sensibiliser ses proches sur les bienfaits de l’allaitement exclusif  ne sert jamais d’eau ou un autre liquide à son bébé avant six mois.

 « J’ai commencé l’allaitement exclusif depuis 2012 parce que c’est un aliment efficace. Mon bébé grandit bien et tombe rarement malade », affirme la mère de bébé Abdoul visiblement bien portant.

L’utilisation des tisanes par les mères allaitantes ayant baissé de 21.5% à 7.5%, le Directeur pays de Alive&Thrive estime que le taux de l’allaitement exclusif évoluerait de 59% à 74,6% si l’eau n’était plus donnée aux bébés.

Pour lui, le lait maternel s’adapte à tous les besoins des nourrissons. D’ailleurs, l’Organisation mondiale de la santé recommande la poursuite de l’allaitement même chez les mères testées positives dans le strict respect des règles d’hygiène et de port du masque.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *