Élections au Burkina : Une nouvelle fédération d’efforts pour soutenir Roch Kaboré

117 0

2020 est une année électorale au Burkina Faso. De chaque côté, on multiplie les rencontres, les formations et les sorties afin de conquérir l’électorat. Au niveau de l’Union pour la République (UPR) et du Parti du Peuple Républicain (PPR), l’heure est à la finalisation de la stratégie électorale. Ce vendredi 11 septembre 2020, les deux partis, tous membres de l’Alliance des Partis de la Majorité Présidentielle (APMP) ont livré les grandes articulations de leur stratégie électorale pour arriver à leurs fins au soir du 22 novembre 2020.

Avec près de 20 000 candidatures pour les législatives et plus d’une dizaine pour la présidentielle, la bataille s’annonce rude. Une situation que l’UPR et le PPR ont reconnue. « Ça sera un euphémisme de dire que la lutte pour accéder aux différents postes sera âpre.  Seuls les mieux préparés pourront prétendre à des bons résultats », a déclaré Tambi François Kaboré, le porte-parole de l’Alliance UPR-PPR.

« Mes anciens alliés sont les mêmes que ceux d’aujourd’hui. Les alliés restent les mêmes. C’est difficile de parler d’ancien régime. Il n’y a pas eu de changement de régime au Burkina. C’est toujours des sociaux-démocrates qui sont au pouvoir. Les acteurs de l’ancien régime sont toujours là. Il n’y a que quelques acteurs qui ne sont plus là. La majorité de tous ceux qui ont participé à l’ancien régime sont encore là. Ils sont là sous une autre forme. Ce sont les mêmes qui sont là sous une autre appellation avec d’autres modes d’actions. Personne ne peut m’amener à parler mal du président Blaise Compaoré »

Toussaint Abel Coulibaly

Et pour se classer parmi les mieux préparés, l’APMP a sa stratégie. Cette stratégie passe aussi par cette action des deux partis « de fédérer leurs efforts ». Et ce, afin de donner plus de chance à leur candidat qui n’est personne d’autre que le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. « A travers cette alliance, l’UPR et le PPR ont fait le choix stratégique de conduire une campagne commune », a indiqué Tambi François Kaboré. L’objectif est celui d’une victoire au premier tour.

Concernant les législatives, la stratégie est la même. Des listes conjointes, c’est le choix de cette alliance. Une décision prise « après analyse des forces et des faiblesses de chaque parti ». Revenant sur la gestion même du pays après les élections, les deux partis « vont se concerter pour mettre en place une structure commune, forte en vue d’accompagner de façon efficace la mise en œuvre de la gouvernance du président Kaboré ».

L’occasion a été saisie par les responsables des deux partis pour revenir sur leurs forces. « En 2007, l’UPR était la 3ème force politique du Burkina Faso en étant dans 32 provinces », a déclaré Toussaint Abel Coulibaly, président de l’UPR. Pour lui, la question de la présence d’un parti dans les 45 provinces ne tient pas. « Quand le président du parti n’arrive même pas à se faire élire comme conseiller municipal dans un village, ça ne sert à rien d’occuper 45 provinces », a-t-il martelé. Son objectif est donc différent des autres.

Sur la campagne électorale, Toussaint Abel Coulibaly estime « que le terrorisme et l’insécurité ne peuvent pas être des arguments de campagne». Et il appuie la même affirmation sur le Covid-19. Pour lui, c’est sur la base du programme déroulé que les campagnes doivent être faites. Sur la réussite et l’atteinte des objectifs, la nouvelle alliance se dit confiante.

Basile SAMA

Burkina 24

Article similaire

Communiqué de REMERCIEMENTS

Posté par - 5 juillet 2020 0
Les grandes familles BOENA, SAWADOGO, NASSA à Sabcé, Kongoussi, Ouagadougou, Kumassi, Bobo-Dioulasso et New-york. Le Wedranghin naaba à Sabcé, Le…

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *