Crise à la Oumma : Les protagonistes concluent une trêve chez le Médiateur du Faso

241 0

Le président de la communauté musulmane sortant, Abdoul Rasmané Sana, et le président du bureau mis en place à Bobo-Dioulasso, Mahamoudou Bandé, ont « enterré la hache de guerre » chez le Médiateur du Faso, après la prière du vendredi 11 septembre 2020.

« La crise est terminée ». « Cette crise ne valait pas la peine ». « Quand on se parle, on trouve toujours un terrain d’entente ». Ce sont les maîtres-mots issus de la rencontre entre le camp d’El Hadj Abdoul Rasmané Sana, celui du Cheick Mahamoudou Bandé et le Médiateur du Faso, Saran Sérémé.

« Ce n’était qu’une confusion. Il n’y a rien eu à la grande Mosquée de Ouagadougou le 28 août 2020 », a affirmé celui dont le mandat à la tête de la communauté musulmane est arrivé à échéance depuis environ six mois, El Hadj Abdoul Rasmané Sana.

Chaque camp a reconnu que, pour l’heure, c’est la lutte contre le terrorisme qui demeure une urgence et non les divergences entre mahométans. « Grâce au Président et au Médiateur du Faso, la crise est maintenant derrière », a dit, pour sa part, Mahamoudou Bandé.

La voie de la parenté à plaisanterie…

La parenté à plaisanterie s’est, par ailleurs, invitée dans la médiation, selon les protagonistes. A les en croire, Saran Sérémé étant Samo, la crise a fait long feu ; démontrant que la parenté à plaisanterie peut être un outil de cohésion sociale.

« La sécurité et la paix font partie des fondamentaux dans notre pays. Et nous sommes interpellés chaque fois qu’elles sont mises à mal », a déclaré Saran Sérémé. Et d’asséner : « Laissons ces petites bagarres de chiffonniers qui n’ont pas de sens ».

C’est tout sourire que les deux camps qui viennent de fumer le calumet de la paix ont pris congé du Médiateur du Faso.

En rappel, le grand Imam de Ouagadougou, El Hadj Aboubacar Sana, n’avait pas pu prier à la grande Mosquée de Ouagadougou le vendredi 28 août 2020. Le guide religieux avait rebroussé chemin ce jour lorsqu’un incident s’est produit dès son arrivée à la Mosquée ; pendant que la prière était dirigée par un autre Imam.

C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, ont dit certains observateurs. Plusieurs rencontres ont été ainsi entamées notamment sous la médiation de Saran Sérémé. Ces différentes concertations se sont poursuivies jusqu’au dénouement considéré comme « heureux » de cette crise à la Oumma.


(Photos : Minute.bf)

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *