Présidentielle ivoirienne: Le Conseil Constitutionnel disqualifie Soro et Gbagbo

54 0

Le Conseil Constitutionnel au grand complet a statué sur la validité des candidatures à la présidentielle du 31 octobre et publié ce lundi 14 Septembre 2020 la liste des candidats éligibles à la Présidentielle du 31 Octobre 2020. Des têtes majeures ont vu leurs candidatures jugées « irrecevables » par Mamadou Koné au nom du Conseil Constitutionnel.

 Le Conseil Constitutionnel a tranché. Sur les 44 dossiers de candidature déposés auprès de la Commission Electorale Indépendante,  ce sont 4 candidats, en l’occurrence Aimé Henri Konan  Bédié (PDCI), Alassane Ouattara (RHDP), Pascal Affi N’guessan (FPI) et Kouadio Konan Bertin (Indépendant) qui ont été autorisés ce lundi 14 Septembre soir, à candidater à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020.

 

Toutefois, des figures de proue de la vie politique ivoirienne ont vu leurs candidatures rejetées par le Conseil Constitutionnel. Il s’agit entre autres de Mamadou Coulilaby (Lider), Mabri Toikeusse (Udpci), Gnamien Konan (La Nouvelle Côte d’Ivoire), Laurent Gbagbo (Eds) et Guillaume Soro (Gps). Ce dernier, dans un post pondu juste après l’annonce de sa disqualification, n’a pas retenu son indignation :

« Je conteste vigoureusement la décision injuste et infondée prise ce lundi 14 septembre 2020 par le Conseil Constitutionnel. Je considère que c’est une décision inique, politiquement motivée, juridiquement boiteuse et qui s’inscrit dans une logique d’anéantissement de la démocratie et l’Etat de droit ». A en croire l’ex-allié du pouvoir d’Abidjan, « Le Conseil Constitutionnel sous Mamadou Koné vient ainsi de cautionner, et cela sans surprise, la forfaiture et le parjure de M. Alassane Ouattara, consacrant ainsi la soumission du Droit et de la Justice à la férule du RHDP et de son Président. »

Dans un langage aux allures de menaces Guillaume Soro prévient : « Nous ne pouvons accepter ce Coup d’Etat acté par le Conseil constitutionnel. Dans ces circonstances, j’annonce que nous engagerons une étape nouvelle de notre combat pour la démocratie dans notre pays. Elle sera âpre mais nous la gagnerons sans aucun doute », a-t-il prévenu.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *