Présidentielle ivoirienne: La CADHP demande la réinscription de Guillaume Soro sur la liste électorale

100 0

Saisie par les avocats de Guillaume Soro l’ex-président de l’Assemblée Nationale ivoirienne, la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) a ordonné à Abidjan de « surseoir à l’exécution » de sa condamnation et de le rétablir sur la liste électorale. Cette décision ayant eu pour conséquence d’invalider sa candidature à la présidentielle du 31 Octobre 2020 par le Conseil constitutionnel.

Le 2 mars 2020, Guillaume Soro avait saisi la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples, basée à Arusha en Tanzanie, sur le mandat d’arrêt à son encontre et celui de ses 19 compagnons détenus dans les prisons ivoiriennes depuis le fin décembre 2020. Le 22 avril 2020, cette Cour demande alors aux autorités ivoiriennes la suspension provisoire du mandat d’arrêt lancé contre Guillaume Soro et la libération de ses collaborateurs dispersés dans diverses prisons sur l’étendue du territoire ivoirien.

Abidjan reste sourd face à cette injonction de cette juridiction africaine et renforce le sort réservé à l’ex-rebelle par sa condamnation le 28 Avril 2020 à 20 ans de prison pour recel et détournement de deniers publics d’où la radiation de Guillaume Soro des listes électorales, motif principal de l’invalidation de sa candidature à la présidentielle par le Conseil constitutionnel le lundi 14 septembre dernier.

Ce mardi 15 septembre, la CADH est revenue à la charge à travers une nouvelle ordonnance bien que provisoire comme la première la suspension de cette condamnation et de « prendre toutes les mesures nécessaires en vue de lever immédiatement tous les obstacles empêchant Guillaume Soro de jouir de ses droits d’élire et d’être élu ». Il s’agit en français facile de réinscrire Guillaume Soro sur la liste électorale et l’autoriser à être candidat pour la course présidentielle d’Octobre 2020.

La réaction de Guillaume Soro ne s’est pas fait attendre : « Quand les juges ne sont pas corrompus comme ceux de mon pays, ils disent le droit et lui rendent ses lettres de noblesse. Les juges de la Cour Africaine ont tranché. Par conséquent je réaffirme ma Candidature à l’élection présidentielle d’octobre 2020 dans mon pays», a-t-il tranché.

Le sort de cette autre ordonnance est connu d’avance car depuis le 28 Avril 2020, la Côte d’Ivoire a formellement renoncé à la compétence de la Cour africaine sous prétexte d’enfreindre à sa souveraineté.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d‘Ivoire

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *