Elections au Burkina : La France apporte son appui à la CODEL

229 0

Le projet « d’appui à l’observation citoyenne des élections au Burkina Faso » porté par la Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) a bénéficié d’un appui financier de 231 250 000 F CFA ce jeudi 17 septembre 2020. Cet appui de la France à l’endroit du Burkina Faso s’est matérialisé par la signature d’une convention en présence du ministre d’Etat burkinabè, de l’ambassadeur de France, du président de la CODEL et en présence du président de la CENI (Commission électorale nationale indépendante).

La CODEL est une coalition d’organisations de la société civile, née en 2015 d’une envie de mutualiser les efforts dans le but d’organiser des élections apaisées à la suite de la transition.

Lydia Zangré, secrétaire exécutive de la CODEL, a expliqué qu’un appui a été demandé à la France afin de travailler de façon plus optimum pour le processus électoral 2020 qui est en cours. Elle a expliqué que  la CODEL a exprimé des besoins à l’ambassade de France qui sont, entre autres, « d’avoir une couverture beaucoup plus grande dans le territoire national en termes de déploiement d’observateurs. C’était aussi le renforcement de ses capacités logistiques d’observation que la CODEL, faire le monitoring des éventuelles violences électorales, disposer de statistiques qui serviraient de base de travail et intervenir sur les questions de transparence des financements privés des partis ».

Des élections crédibles pour cette année 2020

Me Halidou Ouédraogo, président de la CODEL, a expliqué que cette convention est très importante pour le processus électoral. « Cette année, nous allons déployer sur le territoire 3 800 observateurs. Les 800 observateurs seront en principe, avec l’appui de la CENI  installés dans chaque bureau de vote que compte le pays et ils seront tenus du déroulement des votes, de tout ce qui se passe jusqu’au dépouillement », a-t-il dit.

L’ambassadeur de France Luc Hallade a expliqué que la question de l’accompagnement envers la CODEL ne s’est pas posée parce que la CODEL a eu à faire ses preuves lors du précédent processus électoral. « Pour nous, c’est important de soutenir la société civile (…). On sait que cette société civile a beaucoup de ressources. Que c’est par définition une entité neutre politiquement », a-t-il dit.

L’ambassadeur a en outre indiqué que même si le Burkina Faso connait des menaces sécuritaires, le but est d’organiser des élections crédibles et en toute sérénité. « On sait tous que les groupes armés peuvent ou pourraient avoir l’intention de perturber le processus. Il faut vraiment que ce processus soit protégé au maximum et crédible de la part de la population par les acteurs politiques », a-t-il expliqué.

Du reste, la CODEL entend participer à l’organisation d’un processus électoral apaisé avant, pendant et après les élections.

Corine GUISSOU (stagiaire)

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *