Côte d’Ivoire: Soro appelle à une unité d’action contre Ouattara, Bédié marque son accord

200 0

Guillaume Soro, a au cours d’un déjeuner de presse ce jeudi 17 septembre 2020 à Paris, France, appelé l’opposition à une unité d’action pour faire barrage à la candidature du Président sortant Alassane Ouattara. Le principe semble être accepté par tous.

« … J’en appelle à une unité d’action de l’opposition pour stopper monsieur Ouattara dans sa folle aventure par tous les moyens légaux et légitimes. Je demande aux candidats, retenus ou non, spécifiquement au président Bédié, au président Gbagbo, au Premier ministre Affi N’Guessan, au ministre Amon-Tanoh, au ministre Mabri Toikeusse, de prendre ensemble nos responsabilités et de faire bloc. Il s’agira tous ensemble de saisir la Cédéao, l’Union africaine, l’Union européenne, l’ONU en vue d’obtenir des élections démocratiques transparentes et inclusives, comme ce fut le cas en 2010, et ceci sans préjudice. Ensemble, nous devons organiser la mobilisation de tout le peuple ivoirien depuis la campagne, les hameaux, les villages et les villes pour faire barrage au troisième mandat inconstitutionnel et interdit de monsieur Ouattara », s’est exprimé entre autres, Guillaume Soro au cours du déjeuner de presse  à Paris en France.

Peu après cet appel, les lignes semblent commencer à bouger sur les bords de la lagune Ebrié. « Je me félicite de l’« unité d’action » proposée par le GPS et soutenue par le FPI contre le 3e mandat «inconstitutionnel et interdit » d’Alassane Ouattara. Le PDCI-RDA s’associe évidemment à cette démarche », a déclaré le président Henri Konan Bédié.

Selon le Front Populaire Ivoire (FPI) proche du président Affi N’Guessan, candidat retenu par le Conseil Constitutionnel, cette initiative de l’ex-président de l’Assemblée Nationale ivoirienne est à soutenir d’autant qu’elle vise à éviter « des confrontations comme en 2010 ».

Pour le candidat recalé par le Conseil Constitutionnel, Albert Mabri Toikeusse, le président de l’Union pour la Démocratie et la Paix (UDPCI), parti créé par feu le Général Guéi,  la « mobilisation de l’opposition s’impose » pour un « retour à la démocratie et à la paix » et marque son accord pour se dresser du côté de ceux qui agiront dans ce sens.

Le front commun de l’opposition politique contre « un troisième mandat » du Président Alassane Ouattara vise un seul objectif clairement affiché par l’ex-allié du pouvoir actuel en Côte d’Ivoire : Empêcher la tenue des Elections présidentielles en Côte d’Ivoire à la date du 31 Octobre 2020. Il s’agira aussi et surtout d’écarter le président Ouattara de cette course d’autant plus que pour ses adversaires, cette candidature s’inscrit en violation de la Constitution du pays qui n’autorise pas trois mandats consécutifs. A ce sujet Guillaume Soro est formel : « Il n’y aura pas d’élection présidentielle le 31 Octobre ».

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

 

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *