Gnamien Konan : « Il faut craindre un risque d’une crise électorale plus grave que celle de 2010 »

161 0

Gnamien Konan, président « La Nouvelle Côte d’Ivoire », parti politique de l’opposition, a animé une conférence de presse ce jeudi 17 septembre 2020 à Abidjan,  pour réagir à la suite de l’invalidation de sa candidature par le Conseil Constitutionnel le lundi 14 Septembre 2020.

L’invalidation de sa candidature par le Conseil Constitutionnel ivoirien a véritablement fait sortir l’ex-Directeur Général des Douanes ivoiriennes sous Laurent Gbagbo et Ministre de la Fonction publique puis de l’Enseignement supérieur sous l’actuel régime, Gnamien Konan de ses gongs.

L’ex-allié d’Alassane Ouattara a trouvé inélégant les circonstances et l’argumentatif du Conseil Constitutionnel pour l’écarter de la course au Palais présidentiel.

Pour lui, le pouvoir d’Abidjan a déjà brouillé toutes les cartes devant crédibiliser le scrutin du 31 Octobre prochain et ce, pour avoir désigné délibérément sous couvert du Conseil Constitutionnel « ses dames de compagnie » faisant ainsi allusion aux trois autres candidats retenus pour compétir contre lui à l’élection présidentielle prochaine.

Sa solution toute trouvée à la lumière de l’intransigeance du parti au pouvoir le Rassemblement Des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) est que l’opposition ivoirienne sans exclusive, candidats retenus ou non, s’abstienne de participer à la présidentielle du 31 Octobre et « éviter que les jeunes soient envoyés se faire tuer » car selon lui il existe bien le risque « d’une crise plus grave que celle de 2010 ».

« Si nous accompagnons le Président Bédié à l’élection, ce serait le conduire à l’abattoir de Port-Bouët (Ndlr : commune du District d’Abidjan) parce qu’il ne va pas gagner… Laissons le président Ouattara aller seul à ses élections. C’est ce qu’il faut faire », a-t-il tranché.

Relatant les circonstances ayant entouré la question du parrainage qui l’a recalé, Gnamien Konan dénonce le faux qui se traduit selon lui par le fait que cette instance lui avait notifié par courrier le 10 Septembre 2020, le rejet de 4.625 parrains, supérieur ou égale à 1% dans 12 régions. Toutefois, après avoir comblé le gap des 18 régions, le Conseil Constitutionnel a classé irrecevable sa candidature sous prétexte que le président de La Nouvelle Côte d’Ivoire a obtenu des parrainages que dans 10 régions de la Côte d’Ivoire.

« Nous avons été volé par le Conseil constitutionnel qui nous a privé d’apporter une nouvelle offre politique aux Ivoiriens. Le pouvoir Ouattara a choisi ses adversaires en violant la Constitution. Le parrainage n’a servi qu’à casser des adversaires», s’est-t-il indigné tout en ne désespérant pas de voir le chef de l’Etat, Alassane Ouattara retirer sa candidature.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *