Pandémie du Covid-19 : « Seule la solidarité et la coopération peuvent-nous aider »  (LI Jian)

282 0

Le Centre d’Analyse des Politiques Économiques et Sociales (CAPES) passe à la loupe les relations internationales entre la république Populaire de Chine et le Burkina Faso. A cet effet, il a organisé une conférence publique sur les relations internationales et la coopération Sino-Burkinabè. En collaboration avec l’ambassade de Chine, cette activité se veut un cadre d’échange  sur les relations à entretenir en ces temps post pandémiques. Aussi, les défis et les perspectives seront étudiés afin d’améliorer les « relations déjà bonnes » entre les deux pays.

Avec la pandémie du Covid-19, la solidarité mondiale a été durement éprouvée. Pendant que des pays se renfermaient sur eux-mêmes, la république populaire de Chine s’est montrée solidaire. En effet, elle a exporté plus de 150 milliards de masques de protection et effectué des dons et des appuis dans la gestion de la maladie. Même si la maladie n’est pas encore finie, l’on réfléchit déjà à comment faire cette transition post pandémique et renouer avec la croissance économique.

Dans la capitale burkinabè, 4 panélistes ont détaillé les grandes lignes de cette transition afin de permettre au « pays des Hommes intègres » de prendre le pas de la Chine, « seule grande puissance à avoir renoué avec la croissance » selon l’ambassadeur de la Chine au Burkina LI Jian. « Au cours des 9 derniers mois, le peuple chinois a obtenu des résultats stratégiques importants », a-t-il indiqué.  C’est donc des échanges interactifs qui seront menés au cours de cette rencontre.

« Face aux défis communs du moment, seule la solidarité et la coopération peuvent nous aider à surmonter les difficultés. L’humanité toute entière sera plus forte et unie après avoir vaincu le Covid-19 parce que la loi de la nature est telle que l’Homme sort toujours grandi des nombreuses catastrophes. La Chine entend travailler main dans la main avec le Burkina Faso et la communauté internationale pour construire un monde après épidémie plus juste, plus équitable, plus solidaire »

LI Jian

Avec une croissance de 3,2% au deuxième trimestre de l’année, les autorités chinoises s’en félicitent. Des avancées notables que la puissance mondiale veut partager avec ses « pays frères et amis ». Et pour arriver à de tels résultats, l’ambassadeur de la Chine a énuméré trois principaux axes.

Premièrement, il s’agit de mener des luttes communes afin de « forger le destin commun ». Ensuite, il y a la nécessité de défendre le multilatéralisme car selon l’ambassadeur de la Chine au Burkina, « le virus ne connait pas de frontières ». Et pour terminer, il faut se tourner vers le futur afin de ne rater aucune opportunité.

Sur ce dernier aspect, LI Jian estime que les jeunes Burkinabè ont la soif du développement. Un état d’esprit qui doit permettre à toute la nation d’évoluer tout en s’appuyant sur le modèle chinois. Même si cela s’avère difficile dans un tel contexte, ça reste possible selon l’ambassadeur. « En Chine, l’épidémie a transformé le monde et a donné un nouvel élan à l’innovation technologique. Des secteurs tels que l’économie numérique ont ainsi connu une forte croissance », a-t-il dit.

Du côté burkinabè, la tenue de cette conférence est à saluer. Selon les propos du directeur de cabinet du président du Faso Dr Seydou Zagré, « on assiste à un dynamisme renforcé de cette coopération. Et ce colloque en est la traduction ». Pour lui, il faut déjà se projeter dans le futur de la coopération entre les deux pays.

Basile SAMA

Burkina 24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *