Office National d’identification : Fada a désormais son centre de production de CNIB

237 0

La journée internationale de l’identité a été célébrée au Burkina sous le signe du renforcement des infrastructures afin de rapprocher les centres de production des populations. C’est chose faite à Fada N’Gourma pour la région de l’Est. La ville a accueilli son centre de production de cartes d’identité ce vendredi 18 septembre 2020.

Fini les longues distances et temps d’attente. Les populations des cinq (5) provinces que compte la région de l’Est (la Gnagna, le Gourma, la Komondjari, la Kompienga, la Tapoa) n’auront plus à attendre des mois et même parcourir les 230 kilomètres qui les séparent de Ouagadougou pour se faire établir une pièce d’identité. Elles ont désormais à proximité une antenne régionale d’une capacité de production de 1000 cartes par jour et « n’auront que 72 heures maximum » pour faire une carte, foi de Kayaba Aristide Béré, directeur  général de l’ONI.

Yendimba Jean Claude Loari, maire de Fada.

C’était un rêve du conseil municipal devenu réalité, dira Yendimba Jean Claude Loari, maire de Fada. « Désormais nous pourrons écrire lorsque nous allons dans les banques pour endosser nos chèques, ONI Fada N’Gourma ! ».

Il était plus que temps de rapprocher l’ONI de sa commune.  Car, explique-t-il, «la région de l’Est est la plus vaste des régions du Burkina et les distances sont très importantes. Nous pouvons parcourir 600 km sans sortir de la région,  c’est-à-dire que nous pouvons aller de Fada à Koudougou sans sortir de la région de l’Est. Cela est énorme et il était de bon ton que cela se fasse ».

Avoir une CNIB pour sa sécurité

Outre les distances, les populations font face à d’autres difficultés de nos jours. Elles sont plus accentuées en raison de deux phénomènes, notamment les élections, pour lesquelles le passeport ordinaire et la CNIB sont érigés comme documents de vote mais aussi par un contexte sécuritaire qui engendre un besoin de sécurisation donc un besoin d’identification beaucoup plus poussée des populations.

Saidou Toussaint Prosper Sanou, Gouverneur de la région de l’Est

Cette région en proie au terrorisme impose aux forces de défense et de sécurité, selon le gouverneur de l’Est, Saidou Toussaint Prosper Sanou, d’élever au plus haut niveau les impératifs de sécurisation et l’identification de chaque habitant de la région.

« La première mesure pour un citoyen honnête de justifier son impartialité est de montrer d’abord une pièce d’identité. Maintenant le reste, quel est son comportement, ça c’est une autre chose », dit le premier responsable de la région.

Ce centre, assure le directeur général Aristide Béré, répond aux spécifications techniques d’édition de la Carte nationale d’identité, les conditions de sécurité et de sureté conformément aux règles de l’aviation civile et internationale.

Il est « prêt », fonctionnel et 20 agents sont commis à la tâche avec à leur tête l’adjudant de police Darga Donatien comme chef d’antenne régionale.

La perspective de baisser l’âge pour la carte d’identité à partir Zéro an.

Kayaba Aristide Béré, directeur général de l’ONI

Aristide Béré a, de cet fait, invité l’ensemble du personnel à développer toutes les initiatives possibles pour vulgariser la CNIB au profit de toutes les couches socio-professionnelles pour faire en sorte qu’aucun citoyen de la région de l’Est ne manque de carte d’identité. « S’il y a lieu de faire du porte à porte, il faut le faire », dit-il.

Toujours dans la logique de doter efficacement tous les Burkinabè de carte, il apprend qu’avec la permission  de son  conseil d’administration et le ministre de la sécurité, la carte d’identité devrait être octroyée dès la naissance.

« Nous voudrions abaisser l’âge de la carte nationale d’identité à partir de zéro (0) an, parce qu’il est totalement incongru de donner un passeport à un bébé sans  lui donner une carte nationale d’identité », explique-t-il.

Aussi les réflexions  continuent pour ériger des centres dans les 13 régions du pays pour que chacun là où il se trouve puisse vaquer à ses préoccupations et exercer ses droits civil et politique en toute liberté. Mais pour l’heure, 5 régions sont identifiées sous les critères de distance et du nombre d’habitants. Après Fada, Gaoua, Kaya, Dédougou et Ouahigouya auront chacune une antenne régionale d’ici à 2021.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *