Côte d’ivoire : Henri Konan Bédié et l’opposition appellent à la désobéissance civile

240 0

 A l’initiative du Président du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et à la suite de l’appel à un front commun de l’opposition contre la candidature d’Alassane Ouattara lancé par Guillaume Soro depuis son exil parisien, les principales plates-formes d’opposition étaient réunies ce 20 septembre 2020. Elles  appellent à faire barrage à la candidature du président sortant, Alassane Ouattara. Un seul mot d’ordre : la désobéissance civile jusqu’au retrait de la candidature du président sortant et un changement du cadre institutionnel autour de ces élections.

Henri Konan, le Président du PDCI-RDA et candidat retenu par la Conseil Constitutionnel pour compétir à la présidentielle du 31 Octobre 2020, ne veut pas y aller avec le Président sortant Alassane Ouattara dont la candidature est jugée anti-constitutionnelle par l’opposition ivoirienne.

« Le sphinx de Daoukro » ou encore « N’Zueba » comme on le surnomme, parlant d’Henri Konan Bédié, entouré par des leaders de partis politiques, a appelé à la désobéissance civile à partir de ce lundi 21 Septembre 2020 et ce, jusqu’à nouvel ordre, matérialisé par le retrait de la candidature d’Alassane Ouattara, la réforme de la Commission Electorale, l’indépendance du Conseil Constitutionnel et le retour des exilés politiques dont les plus illustres sont l’ex-président Laurent Gbagbo et Guillaume Soro.

Ces partis de l’opposition et organisations de la société civile inscrits au sein de cette coalition dans la pratique appellent à la mobilisation dans la rue faisant fi du décret de l’interdiction des manifestations par le pouvoir.

L’annonce de la candidature d’Alassane Ouattara le 6 août 2020 a déclenché une série de manifestations violentes et spontanées à travers tout le pays, rappelant les vieux démons de la crise post-électorale 2010-2011. 

En définitive, l’opposition ivoirienne en ordre de bataille contre le Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP) d’Alassane Ouattara ne veut pas entendre parler d’élection présidentielle tant que le président sortant en est candidat. Cette conviction est partagée par Guillaume Soro pour qui « il n’y aura pas d’élection en Côte d’Ivoire avec Alassane Ouattara. Ecrivez ! », s’adressant aux journalistes présents à l’hôtel Bristol à Paris le 17 Septembre dernier lors d’une conférence de presse.

Cette coalition prend en compte le GPS (Générations et peuples solidaires) de Guillaume Soro, les pro-Gbagbo spoliés du FPI et désormais au sein de l’EDS, la plate-forme CDRP (Coalition pour la démocratie, la réconciliation et la paix) qui comprend le PDCI (Parti démocratique de Côte d’Ivoire) et plusieurs autres partis comme l’UDPCI (Union pour la Démocratie et la Paix) fondée par feu le Général Guéi et présidée  par l’ancien Ministre Albert Mabri Toikeusse.

Pascal Affi N’Guessan, Président légal du Front Populaire Ivoirien (FPI) parti fondé par Laurent Gbagbo et dont les cadres sont fortement divisés à ce jour, a brillé par son absence à ce rassemblement. Selon Jean Bonin, l’un de ses lieutenants, le FPI pro-Gbagbo dit les « GOR » (Gbagbo Ou Rien) auraient menacé le PDCI de sa non-participation au cas où Affi N’Guessan était convié à cette rencontre.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU 

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *