Présidentielle au Burkina : Dix candidats appelés à s’engager à la réduction des inégalités

262 0

Les membres de la coalition des organisations de la société civile engagée contre la réduction des inégalités au Burkina Faso ont présenté ce mercredi 23 septembre 2020 les principales recommandations et analyses faites au sujet des inégalités au « Pays des Hommes intègres ».

La coalition des organisations de la société civile, engagée contre la réduction des inégalités,  a rapporté que la question des inégalités sociales n’est pas seulement un phénomène planétaire mais aussi sévit au Burkina Faso. En marge des élections de novembre 2020, la coalition a rencontré les responsables de certains partis politiques. Et à cette occasion, dix candidats signeront un engagement pour la réduction des inégalités s’ils sont élus.

« Quand vous prenez les éléments de preuves dont nous disposons, on voit qu’au Burkina Faso, 20% de la population la plus aisée détient pratiquement plus de 80 % des ressources du pays », a confié Sylvestre Tiemtoré, porte-parole de la coalition des organisations de la société civile pour la  réduction des inégalités au Burkina Faso.

Selon lui, un travail doit être fait pour qu’à la faveur de la présidentielle de novembre 2020, ceux qui aspirent à la magistrature suprême puissent prendre cette question en compte dans leurs projets de société.

Améliorer l’offre politique

« Et améliorer l’offre politique dans notre pays en réduisant les inégalités et en améliorant les conditions de vie de communautés de notre pays », a-t-il ajouté.

Sur ce, la coalition a rencontré certains candidats à la présidentielle afin qu’ils souscrivent à ces recommandations. En effet, dix candidats, dont, entre autres,  Zéphirin Diabré, Roch Kaboré et Eddie Komboigo, devront signer un engagement ce vendredi 25 septembre 2020. Pour dire qu’ils s’investissent à réduire les inégalités sociales au Burkina Faso s’ils sont élus au soir du 22 novembre.

« Le 25 septembre, nous avons prévu une cérémonie de signature avec une dizaine de candidats. Ça sera donc l’occasion pour ces candidats que nous avons déjà rencontrés et (et avec qui il y a ) eu  des échanges sur les conclusions auxquelles nous sommes parvenus, l’analyse et la situation que nous avons faites. Et ces candidats sont en phase avec ce que nous avons dit.  C’est le lieu pour eux de prendre un engagement solennel devant la nation », a-t-il dit.

Les plus aisées

La coalition relève que ces inégalités concernent tous les niveaux. « Sur le plan économique dans notre pays, les 20% des plus aisées concentrent 44% des revenus, tandis que 80% de la population se dispute les 56 % restants», a-t-il indiqué. Dans les zones rurales, a confié Sylvestre Tiemtoré, 47,5 % de la population vit encore en dessous du seuil de pauvreté contre 13,7 % en milieu urbain.

Quant au plan sanitaire, il soutient que la répartition et l’accessibilité physique des services montrent que la plupart des services n’atteignent que les populations urbaines et les classes « nanties » de certaines régions offrant, une disparité, « voire une inégalité en termes de d’espérance de vie suivant la région de résidence ».

Même constat  sur le plan éducatif. Le porte-parole des organisations de la société civile pour la réduction a affirmé que la localisation spatiale et l’origine sociale des apprenants s’avèrent être deux facteurs déterminants expliquant « l’inégale scolarisation des enfants au niveau primaire et entre autres leur réussite ».

Il convient de noter que la coalition est composée de 30 OSC,  selon Sylvestre Tiemtoré.

Willy SAGBE et Latifatou PAFADNAM (Stagiaire)

Burkina 24     

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *