Covid-19 au Burkina Faso : Des chèques pour les femmes pour la relance de leurs activités

253 0

Marie Hélène Marshall/Ilboudo, ministre en charge de la femme a procédé ce jeudi 24 septembre 2020 à la remise des chèques aux femmes des marchés et yaars du Kadiogo pour la relance de leurs activités économiques.

Dans le but de faire face aux effets néfastes engendrés par la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, le 02 avril 2020 dans son message à la nation, le président du Faso Roch Kaboré a pris un certain nombre de mesures afin de relancer l’économie. Parmi ces mesures une enveloppe de 5 milliards de FCFA en faveur du secteur informel, en particulier des femmes,  pour la relance de leurs activités de commerce des légumes et fruits.

Ce jeudi, la ministre en charge de la femme a procédé à la remise officielle de la première tranche qui est d’une valeur de 335 millions de F CFA octroyée à plus de 1 500 femmes du Kadiogo. Dix femmes ont reçu symboliquement leur chèque des mains de la ministre de la femme.

Laurence Marshall Iboudo a fait savoir que cet appui concerne toutes les femmes des treize régions du pays qui pourront bénéficier de cet accompagnement du gouvernement.

Elle a poursuivi que plus de 20 000 femmes dans la capitale burkinabè ont bénéficié d’une assistance du gouvernement pendant trois mois d’un montant de 20 000 FCFA chacune. « 20 000 francs pour aider à la nutrition à la maison et pour aider à leur vulnérabilité due aux mesures barrières prises par le gouvernement », a-t-elle ajouté.

Pour elle, ce geste se veut également une occasion pour le gouvernement de faire comprendre à l’opinion publique qu’il travaille à la relance.

Taux de 3,5 %

Laurence Marshall a, à cet effet rendu hommage aux femmes pour leur résilience face à l’adversité et les défis sécuritaires, sociaux et sanitaires du moment, et a réaffirmé son soutien aux femmes pour leur développement et émancipation économique. Par ailleurs, elle a exhorté à un bon usage des fonds qui leur sont alloués.

Dorcas Tiendrébéogo, directrice générale du Fonds d’appui aux activités rémunératrices des femmes (FAARF), a affirmé que sa structure va continuer d’accompagner les femmes en octroyant des crédits à des coûts plus « flexibles ». «Parce que nous sommes là pour aider pour la relance. Les taux normaux sont de 10%, mais dans le cadre du Covid-19 spécifiquement, nous allons le faire à un taux de 3,5 % », a-t-elle confié.

La coordonnatrice des femmes des marchés et yaars de la région du Centre, Asseta Dakissa, a rappelé que les fonds sont accordés à la demande et en fonction des activités. A nom des femmes, elle a exprimé sa reconnaissance au ministère et au FAARF pour ce soutien qui leur permettra de redémarrer leurs activités.

Rappelons que cet accompagnement est remboursable et se fait de façon mensuelle en fonction de l’activité.

Willy SAGBE et Flora KARAMBIRI

Burkina 24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *