Côte d’Ivoire : Prorogation de l’interdiction de manifester sur la voie publique

161 0

Le gouvernement ivoirien, à travers le ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation ainsi que celui de la sécurité et de la protection civile, a décidé ce vendredi 2 octobre 2020 de la prorogation de la mesure de suspension des marches, sit-in et autres manifestations sur la voie publique en Côte d’Ivoire et ce, jusqu’au 14 octobre prochain. 

Cet arrêté interministériel en son article 1 stipule qu’ « en vue de prévenir les troubles à l’ordre public, la mesure de suspension des marches, sit-in et autres manifestations sur la voie publique, sur toute l’étendue du territoire national, est prorogée jusqu’au 14 octobre 2020».

Un peu plus loin en son article 2, cette note précise que les manifestations ou rassemblements de personnes organisés par les partis et groupements politiques ou les associations légalement constituées dans les lieux fixes relèvent du régime de la déclaration préalable, conformément aux dispositions légales en vigueur, et demeurent soumis au droit commun, dans le respect des mesures barrières édictées dans le cadre de la lutte contre la Covid-19.

« Les contrevenants à la mesure de suspension prévue à l’article 1 ci-dessus sont passibles de poursuites judiciaires », souligne, par ailleurs, le document en son article 3.

La suspension des manifestations sur la voie publique en Côte d’Ivoire a été arrêtée depuis le 19 août 2020 et vise à endiguer la vague de violence à travers tout le pays à l’annonce de la candidature du Président sortant ivoirien, Alassane Ouattara, pour un autre mandat jugé anticonstitutionnel par l’opposition politique. Toutefois, les rassemblements dans les enceintes closes restent autorisés.

A quelques semaines de la tenue de la présidentielle en Côte d’Ivoire censée se tenir le 31 octobre 2020, le climat politique se désintègre de plus en plus laissant planer le spectre d’une crise pré-électorale. Les Nations Unies, la Cédéao, l’Union Africaine et la Cour Africaine des Droits de l’Homme de l’Union Africaine ont récemment interpelé le pouvoir d’Abidjan sur la nécessité de tenir une élection transparente et inclusive.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *