Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé refait surface et demande le report de la présidentielle

132 0

Le Président du Congrès pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep) et ex-ministre de la jeunesse de Laurent Gbagbo en liberté conditionnelle à La Haye en Hollande a lancé ce samedi 03 Octobre un appel au report des élections du 31 Octobre 2020. Son allocution diffusée en direct par visioconférence au stade d’Anono, quartier de la commune de Cocody, Abidjan.

Le défi de la mobilisation a été rélévé par l’instance dirigeante du Congrès pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep), parti politique de Charles Blé Goudé, tant ses partisans venus de toute part ont rendu ce grand espace très exiguë.

Selon « le général de la rue », la Côte d’Ivoire jouerait sa survie à la prochaine présidentielle et pour en garantir sa stabilité, seul un report est possible. Pour le dire Charles Blé Goudé utilisera son verbe et sa tonitruance que la prison n’a pu lui arracher.

« On ne peut pas vouloir le changement et être réfractaire au changement. Tu étais dans l’opposition, hier, tu criais changement, maintenant au pouvoir, tu es réfractaire au changement. Tu parles de justice, alors que toi-même tu es injuste. Dans quel pays on interdit les manifestations pendant la précampagne. C’est la preuve qu’il y a un problème. Moi, je veux qu’on reporte les élections, qu’on mette ce report à profit pour recoudre ce qui a été déchiré. Je demande le dialogue national pour recoudre ce qui a été déchiré. »

« Nous aussi, nous n’allons pas respecter le verdict rendu par les amis de Ouattara à la tête de ce Conseil constitutionnel »

L’ex-secrétaire général du mouvement syndical la Fesci profitera de sa tribune virtuelle pour donner sa vision d’un Conseil Constitutionnel non confligène.

« Je demande la dissolution du Conseil constitutionnel pour mettre à sa tête un magistrat qui n’est pas Rdr, Pdci, Fpi, Gps, etc. Je demande une Commission électorale consensuelle pour recoudre ce qui a été déchiré. (…) Hier, le Conseil constitutionnel a parlé, on dit qu’on ne respecte pas son verdict parce que ce sont les amis de Gbagbo qui l’ont rendu. Donc, nous aussi, nous n’allons pas respecter le verdict rendu par les amis de Ouattara à la tête de ce Conseil constitutionnel », a-t-il craché pour le grand plaisir de ses inconditionnels exultant de retrouver la poigne de leur guerrier prêt pour cet autre combat.

« Quand on fait des textes qui vont engager la vie d’une nation, ne pensons pas à nous. Nous devons donner à notre pays des Institutions crédibles, des lois. Les individus passent mais le pays reste. Reporter les élections du 31 octobre, c’est sauver la Côte d’Ivoire. Il faut que Ouattara accepte de s’asseoir avec l’opposition autour d’une table pour discuter. L’élection présidentielle n’est pas un rendez-vous des courageux et des faibles. Ce n’est pas un rendez-vous des muscles, des katas, des karatékas, des boxeurs. C’est un rendez-vous de confrontation des projets de société. Comment organiser une élection qui est déjà calée, bouclée, gérée ? C’est ce qu’on appelle tricherie (…) », a déploré le leader des jeunes patriotes non sans saluer le refus du président Henri Konan Bédié et Pascal Affi N’guessan d’accompagner le président sortant Alassane Dramane Ouattara à la présidentielle prochaine.

Candidat à la présidentielle de 2025

Charles Blé Goudé a profité de son intervention pour annoncer sa candidature à la présidentielle d’Octobre 2025. L’opposition ivoirienne a par ailleurs annoncé un grand meeting le samedi 10 Octobre prochain au stade Félix Houphouët-Boigny, meeting censé « sonner le départ d’Alassane Dramane Ouattara du pouvoir ».

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *