Changements climatiques au Burkina : A l’école de la gestion des données

148 0

La clôture de l’atelier de formation en gestion des données et approches programmatiques en matière d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques a eu lieu ce jeudi 15 octobre 2020 à Koubri.

La formation organisée par Global Green Growth Institute a été principalement basée sur le partage d’informations et de connaissances aux participants sur les thématiques liées à la lutte contre le changement climatique

Il s’est agit principalement  «de donner aux participants, qui sont des représentants des différents départements ministériels, la capacité de pouvoir collecter, traiter et gérer des données liées au climat dans leur département ministériel », a confié Lamine Ouédraogo, chargé de programme croissance verte à l’organisation Green Growth Planning and Implementation.

Le but de la formation est que tous les départements ministériels engagés dans l’accord de Paris puissent avoir la capacité de collecter, de traiter et de gérer des données qui vont servir à la révision de la contribution déterminée au niveau national qui est en cours au Burkina Faso.

Par ailleurs, Lamine Ouédraogo a indiqué que c’est dans cette dynamique que « cette formation a posé les bases en termes de connaissance qu’on donne aux différents représentants des ministères. Mais il est clair que ce qui a été fait durant ces trois jours, même si c’est important, cela reste à être renforcé».

A cet effet, Harouna Derra, formateur principal à cet atelier, a confié qu’au bout des travaux,  le bilan est satisfaisant. Les exercices qui ont été faits ont été très concluants et ont donné une valeur ajoutée à cette formation. « La formation a duré trois jours et le premier jour nous avons vu les approches en matière d’atténuation. Le 2ème jour en matière d’adaptation et le 3ème jour,  l’insertion des données pour pouvoir suivre les mesures d’adaptation que le Burkina Faso a prises », a-t-il expliqué.

Diminuer ou atténuer l’émission des gaz à effet de serre

 Galiné Yanon, qui est l’un des coordonnateurs du Projet MRV (système de mesurage de rapportage et de vérification) a expliqué que cette formation permettra de renforcer les capacités des institutions au niveau national afin qu’elles puissent mieux comprendre le système de gestion de données.

 « La formation d’aujourd’hui s’inscrit dans un cadre plus global de la mise en œuvre des contributions. Chaque pays dans ses engagements a cette obligation de contribuer à l’effort global de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il apparait important que le Burkina Faso, qui est membre signataire de cette convention, contribue avec des efforts significatifs pour réduire ces émissions de gaz à effet de serre dans les différents secteurs », a-t-il dit.

Roland Somé, expert contrôleur au Centre de contrôle de véhicules automobiles (CCVA), un des participants à cette formation, a confié être mieux outillé au sortir de cet atelier de trois jours. Evoluant dans l’automobile, il a expliqué que cette formation leur a appris comment atténuer la pollution et comment choisir les véhicules pour diminuer la pollution. « La formation nous a enseigné sur le changement climatique, ce que notre pays doit faire comme contribution pour la réussite de cette initiative, c’est-à-dire les différentes sources de pollution ont été identifiées, qu’est-ce qu’il faut faire pour atténuer et qu’est-ce qu’il faut faire pour s’adapter », a-t-il confié.

Cette formation a été sanctionnée par la remise d’attestations aux participants, gage d’une participation effective.

Corine GUISSOU

Burkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Qu’est ce que le Triduum pascal?

Posté par - 26 mars 2013 0
Pâques, étymologiquement, signifie “passage“. Le passage de la mort à la vie du Christ qui sauve l’Homme du péché pour l’introduire…

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *