Sécurité au Sahel : Des parlementaires réfléchissent sur la gouvernance du secteur à Ouagadougou

140 0

Après 72 heures de réflexion sur le contrôle parlementaire de la gouvernance du secteur de la sécurité des pays du G5 Sahel, la conférence régionale du comité interparlementaire des pays de l’espace G5 Sahel a refermé ses portes ce 16 octobre 2020 à Ouagadougou.

Les pays de l’espace du G5 Sahel sont en proie de la menace terroriste avec de récurrentes attaques causant de nombreuses pertes matérielles et en vies humaines obligeant des populations à quitter leurs localités de résidence habituelle pour d’autres plus sécurisées.

C’est ainsi que la capitale burkinabè a servi de cadre d’échange à la conférence régionale du comité interparlementaire des pays de l’espace G5 Sahel du 14 au 16 octobre 2020. Les discussions de cette conférence ont porté sur le thème, « contrôle parlementaire de la gouvernance du secteur de la sécurité des pays du G5 Sahel ».

Pour Adama Sosso, deuxième vice-président du parlement burkinabè, cette rencontre des parlementaires des pays membres du G5 Sahel leur a permis d’aborder plusieurs thématiques parmi lesquelles, il a cité entre autres, les défis de mise en œuvre du contrôle démocratique du secteur de la sécurité dans les pays du G5 Sahel, les facteurs déterminants d’une pleine participation des populations du Sahel à la lutte contre le terrorisme, et enfin les actions et approches de développement pour assurer un développement durable et inclusif dans l’espace sahélien.

Intensifier la coopération parlementaire

L’honorable Adama Sosso a laissé entendre que les conclusions auxquelles lui et ses pairs sont parvenues après ces échanges vont permettre de renforcer le contrôle parlementaire de la gouvernance de la sécurité, de gagner la confiance des populations de leur espace à travers le renforcement de la gouvernance publique.

Également, ces conclusions permettront d’intensifier la coopération interparlementaire de l’espace avec une bonne collaboration entre les différents parlements respectifs et les institutions nationales de sécurité. Et aussi, renforcer les liens entre les parlements, les services de renseignement et les organisations de la société civile dans la lutte contre le terrorisme.

Il a fait noter que les résultats de la rencontre interparlementaire de Ouagadougou aideront le secrétariat exécutif du comité  d’élaborer des outils et des repères pour mener à bien les missions à lui confiées.

Le respect de la personne humaine

Le représentant du secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel, Mohamed Ibn Chambas s’est dit heureux de ces échanges. Tout en saluant la pertinence du thème qui a alimenté ces échanges, Mohamed Ibn Chambas a affirmé que la force conjointe du G5 Sahel que soutiennent les Nations-unies participe pleinement à la stabilité de la région.

Il a rappelé également aux Forces de défense et de sécurité des Etats membres que la lutte contre l’extrémisme violent et le terrorisme doit se faire dans le respect de la personne humaine. Les efforts du Burkina Faso dans la lutte contre le terrorisme malgré la pandémie de Covid-19 ont été salués par Mohamed Ibn Chambas.

Les recommandations

Le représentant de Antonio Guterres encourage les parlementaires à ces partages d’expérience car, a-t-il poursuivi , « vous avez beaucoup à apprendre les uns des autres ». Il a, à cet effet, traduit la volonté des Nations-unies à accompagner les efforts des pays du G5 Sahel dans la lutte contre le terrorisme. « On est ensemble, on est solidaire avec vous », a-t-il soutenu.

Au sortir de ces échanges, les participants recommandent aux gouvernements des Etats membres, le renforcement du dispositif de garantie des droits humains, l’intensification des actions de vulgarisation des lois portant sur le respect des droits humains et le renforcement du dispositif de sécurisation des investissements privés. Les différents Etats membres du G5 Sahel sont aussi appelés à initier des actions de formation au profit des jeunes.

Willy SAGBE

Burkina 24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *