Forum régional des personnes handicapées : La région du Centre-Est expose ses doléances

88 0

Dans l’optique d’identifier les obstacles majeurs rencontrés par les personnes handicapées de la région du Centre-Est, la ministre Laurence Ilboudo les a rencontrées. C’était ce dimanche 18 octobre 2020 à Tenkodogo.

En prélude au dialogue direct entre le Chef de l’Etat et les personnes handicapées, les acteurs de la région du Centre-Est ont présenté leurs doléances. Ainsi, tout comme dans les autres régions, le porte-parole des personnes handicapées de la région, Jean Roger Zabsonré, a présenté les doléances.

Il s’agit, entre autres, de la construction d’un centre de formation multifonctionnel, la détermination d’un quota dans l’attribution des parcelles à usage d’habitation  et des terrains aménagés. Egalement, le renforcement de l’éducation inclusive et la gratuité des soins des personnes handicapées ont été présentés à la ministre.

Dans un langage direct, Laurence Ilboudo, ministre en charge des personnes handicapées, s’est entretenue avec les acteurs
Dans un langage direct, Laurence Ilboudo s’est entretenue avec les acteurs

Dans un langage direct, Laurence Ilboudo, ministre en charge des personnes handicapées, s’est entretenue avec les acteurs. A l’issue de la rencontre, elle a fait savoir que les doléances étaient réalistes.

Ce n’est pas parce qu’on est une personne handicapée qu’on a droit à tout

« Je suis très satisfaite. Les doléances sont adaptées aux réalités. Même quand on discute, on voit que le plaidoyer a marché et ils savent ce qu’ils veulent. Ici,  nous allons travailler sur le centre de formation et sur l’augmentation des bénéficiaires des activités génératrices de revenus. Ils ont demandé l’accès aux terres aménagées pour l’agriculture et même l’élevage. Dans ce cas, il faut des projets et des statistiques pour que nous puissions définir le quota de ces personnes. Ce qui concerne les parcelles, ils doivent remplir les conditions. Ce n’est pas parce qu’on est une personne handicapée qu’on a droit à tout. On a priorité sur tout, mais on n’as pas droit à tout. C’est selon la vulnérabilité. Selon l’état social de la personne qui donne accès à certains services de l’Etat gratuitement », a indiqué Laurence Ilboudo.

Lire également 👉Education inclusive : « D’ici 2021, chaque province sera dotée de structures scolaires inclusives» (Laurence Ilboudo)

Elle a invité les personnes handicapées à s’impliquer fortement dans le développement du Burkina Faso. « Depuis 2017 on a ouvert la fonction publique aux personnes handicapées. Nous avons des personnes handicapées qui sont à la fonction publique. Nous voyons que la mayonnaise prend. Et nous espérons que nous allons garder le cap pour que d’ici 2025 nous aurons moins d’abord de personnes handicapées. Si nous aidons le handicap moteur dès le départ ça sera bien pour la personne étant adulte. Maintenant, en ce qui concerne le déficit intellectuel, le président du Faso a l’intention de mettre deux centres de prise en charge. A Ouagadougou et à Bobo Dioulasso pour aider ces enfants à rattraper leur retard. Les autres handicaps tels que le handicap visuel, nous allons travailler pour une éducation inclusive au Burkina Faso », a souligné la ministre.

En rappel, le dialogue direct entre le chef de l’Etat et les personnes handicapées est prévu pour le 27 octobre 2020.

Jules César KABORE

Burkina 24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *