Santé : Les OSC pour la lutte contre le VIH/SIDA dans le respect des droits humains

224 0

La Convergence Communautaire du Faso (COCOFA) a organisé la 9ième journée Communautaire de la société civile ce lundi 19 octobre 2020 à  l’Université KI-ZERBO. Cette journée s’est tenue sous le thème « Promotion des droits humains dans la lutte contre le VIH/SIDA ».

Les acteurs communautaires jouent un rôle en matière de santé au Burkina Faso à travers la mise en œuvre des activités communautaires pour la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. Chaque année, les acteurs communautaires organisent des journées en vue de la capitalisation de leurs actions et la quête de leur implication à l’amélioration de la santé des populations au Burkina Faso.

Cette initiative à l’origine a été entreprise par un réseau de 35 associations nationales et la Convergence Communautaire du Faso (COCOFA) a été créée en 2007 consistant en une journée de réflexion entre les organisations membres sur des thèmes d’intérêts communs comme la lutte contre le VIH et bien d’autres initiatives.

Les objectifs de cette 9ème journée sont multiformes. C’est d’établir l’état des lieux de la mise en œuvre des recommandations du livre blanc sur la prise en compte des droits humains et du genre, renforcer des connaissances des acteurs sur les nouvelles politiques de lutte contre ces trois pathologies,  échanger les expériences communautaires sur les approches différenciées dans la riposte contre ces pathologies, entre autres.

Les résultats attendus de cette journée sont notamment d’établir un état des lieux de la mise en œuvre des recommandations du livre blanc sur la prise en compte des droits humains et du genre et le renforcement du système communautaire, dans les nouvelles politiques mais aussi dans la stratégie nationale de la santé communautaire et son plan opérationnel. Afin d’élaborer une nouvelle feuille de route pour la mise en œuvre des recommandations.

 « Cela fait 3 ans que le livre blanc a été élaboré pour regarder la prise en compte des droits humains et du genre dans nos politiques sanitaires du Burkina Faso plus précisément dans la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme. Durant les 3 ans on a eu des faiblesses mais l’Etat a pris cela en compte, ce qui veut dire qu’il y a eu une évolution dans la prise en charge », a expliqué le président de l’organisation, Edouard Diaba.

Pour la ministre de la santé, Léonie Claudine Lougué, ces organisations communautaires représentent des partenaires privilégiés dans la mise en œuvre de sa politique. Elle s’est réjouie de leurs efforts à accompagner le ministère de la santé et particulièrement de leur apport à la sensibilisation sur la pandémie.

Rabiatou DERA (Stagiaire)

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *