Gouvernance locale au Burkina Faso : Les CDC de Réo et de Sabcé dressent le bilan de leurs performances

203 0

Les coordonnateurs des Cadres de dialogue citoyen (CDC) du programme de renforcement de la gouvernance locale et du contrôle citoyen à Sabcé et à Réo ont fait la restitution de leurs réalisations au titre de l’année en cours à leurs partenaires le mardi 20 octobre 2020 à Sabcé.

Après Kaya et Tenkodogo, les cadres de dialogue citoyen (CDC) de Sabcé et de Réo présentent à leur tour le bilan de leurs activités accomplies en 2020. A Sabcé, le coordonnateur du cadre de dialogue citoyen, Sayouba Sawadogo a fait remarquer que l’insécurité de plus en plus grandissante dans la commune et la pandémie de Covid-19 ont joué sur le bon déroulement des activités. Ils n’ont pas pu se rendre dans d’autres villages de la commune à cause de la situation.

Malgré tout, sur neuf activités prévues, huit ont été déjà réalisées. Il s’agit notamment des sensibilisations sur le danger que présentent les sites d’orpaillage pour les enfants, les sensibilisations sur les grossesses non désirées, les plaidoyers auprès des autorités locales pour la prise en compte des doléances des populations, des émissions radiophoniques et des sensibilisations sur les mesures barrières pour contre la propagation du Covid-19.

Le Projet bien accueilli

Il a aussi confié que la population ainsi que les autorités ont bien accueilli le projet. Et le projet concourt au développement de leur commune minière.  Sayouba Sawadogo fait noter également que cette année, il y a eu moins d’enfants dans les sites d’orpaillage que les années antérieures. « D’ailleurs, les parents nous encouragent à revenir avec des sensibilisations sur les risques que courent leurs enfants dans les sites miniers », a-t-il ajouté.

Le coordonnateur du CDC de Réo, Eugène Bamouni, a indiqué que le jeune âge de sa structure installée en mars de cette année, ne leur a pas empêchés de réaliser les activités qui puissent contribuer au progrès de la commune.

Les activités menées sont entre, autres la rencontre avec les autorités locales, les émissions radiophoniques et le reboisement d’un hectare avec de 600 espèces d’arbres pour faire face à la désertification.

Lutter contre la désertification

Il a expliqué que cette activité de reboisement revêtait un double sens. Le premier était celui de lutter contre la désertification et le second de sensibiliser la population afin qu’elle puisse contribuer à la protection des ressources naturelles de la commune.

« Une autre activité a été également une journée de sensibilisation auprès des contribuables. Parce que, a-t-il dit, Réo est une commune qui abrite une mine mais nous ne devons pas compter sur ce qu’on appelle les fonds miniers. Nous devons compter sur nos propres forces comme le disait Thomas Sankara à son temps ».

La cheffe du projet, Larissa Nana Zongo s’est dite satisfaite du fait que les populations et les autorités locales adhèrent au projet. Elle rappelé que le projet est initié par Oxfam en collaboration avec trois autres ONG, l’ONG OCARDE et la CBDF (Coalition burkinabè pour les droits des femmes). « Ce projet a pour but de créer un éveil de conscience au niveau des communes pour une participation active des citoyens dans la gouvernance locale », a-t-elle précisé.

Notons qu’au départ le projet n’intervenait que dans quatre communes mais dans deux ans, il s’est élargi à cinq autres communes.

Willy SAGBE

Burkina 24   



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *