Présidentielle en Guinée : Les premiers résultats déclenchent des violences post-électorales

286 0

En Guinée Conakry, les violences ont éclaté alors que les résultats officiels de la présidentielle sont toujours attendus.

L’opposant Cellou Dalein Diallo veut prendre la Commission électorale de court. Après l’annonce de sa victoire au lendemain du scrutin du 18 octobre, le candidat de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a annoncé, ce mercredi 21 Octobre 2020, la publication des résultats compilés par ses représentants dans les différents bureaux de vote du pays.

La Commission électorale nationale indépendante (CENI), seule habilitée à diffuser les résultats partiels du scrutin a commencé à publier le mardi 20 Octobre 2020 soir. Selon les chiffres de la Ceni, le président sortant, Alpha Condé, arrive en tête dans les quatre préfectures. Il s’agit de Matoto (49,13 %), Matam (51,39 %), Kaloum (51,87 %) et Boffa (56,69 %). Des chiffres vigoureusement rejetés par Cellou Dalein Diallo, qui dit se baser sur les résultats compilés grâce au service de ses propres représentants dans les 15 000 bureaux de vote sur l’ensemble du territoire guinéen.

« Nos délégués ont pris en photo ou saisi manuellement les résultats des procès-verbaux et les ont fait remonter, a-t-il par ailleurs expliqué lors d’une conférence de presse. C’est sur ces chiffres que nous nous sommes fondés pour annoncer notre victoire, qui ne souffre aucune contestation », clame Ousmane Gaoual, le directeur de la communication de l’UFDG. « La Ceni doit publier les procès-verbaux des résultats qu’elle annonce, insiste Ousmane Gaoual, afin de rassurer les Guinéens et la communauté internationale ».

L’annonce des résultats partiels par la Ceni a donné une sorte de coup d’envoi à des scènes de violence à Conakry et dans d’autres régions du pays. Des affrontements entre partisans du pouvoir et ceux de l’opposant Cellou Dalein Diallo ont fait au moins neuf (9) morts depuis ce mardi 20 Octobre 2020.

Cellou Dalein Diallo a indiqué être contraint à rester chez lui depuis un jour du fait d’une forte présence policière devant sa résidence.

Le président sortant Alpha Condé a, quant à lui, invité ses concitoyens à la paix. « Je réitère mon appel, à tous, au calme et à la sérénité, en attendant l’issue du processus électoral en cours dans notre pays. Bien sûr qu’il y aura un vainqueur, mais, ce n’est pas pour autant que la démocratie sera menacée ou que la paix sociale devient impossible », a-t-il déclaré.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : Jeune Afrique



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *