Code des investissements au Burkina : « Un paquet d’avantages » pour les investisseurs

228 0

L’Agence Burkinabè des Investissements (ABI) a organisé un atelier d’information sur le nouveau code des investissements et les procédures d’orientation des agréments. L’objectif pour l’ABI est de susciter une meilleure exploitation des atouts que confère le nouveau code des investissements. En cette matinée du jeudi 22 octobre 2020, l’ABI  réitère alors sa disponibilité à accompagner les acteurs.

Outiller les entreprises et les potentiels investisseurs, c’est l’objectif visé par l’Agence Burkinabè des Investissements. L’ABI veut ainsi permettre aux entreprises d’exploiter de manière optimale le contenu du nouveau code des investissements pour un développement harmonieux de leurs affaires. Selon la directrice générale de l’ABI Huguette Bama/Ouili, le nouveau code des investissements présente des avantages pour les investisseurs.

« Le nouveau code a un paquet d’avantages qui permettent de prendre en compte toutes les composantes du secteur privé. Ces avantages s’étendent en fonction des régimes depuis la phase d’installation de l’entreprise jusqu’à la phase d’exploitation », a-t-elle expliqué. Adopté en 2018, le nouveau code se présente alors comme un outil « très important » pour le développement des entreprises au Burkina.

Avec des coûts souvent élevés lors de la taxation des produits à la douane, les entreprises se retrouvent dans des situations difficiles. En guise de solutions, les entreprises agrémentées bénéficient d’un traitement spécial au niveau des services des impôts. Avec de tels avantages, la directrice de l’ABI estime que s’approprier le nouveau code des investissements est une priorité pour les entreprises. « Le fait pour une entreprise de pouvoir bénéficier de cette facilité lui permet de pouvoir investir à des coûts réduits ou réinvestir l’économie », a déclaré Huguette Bama/Ouili.

Le « gouvernement a joué sa partition »

Au-delà des entreprises nationales, le code a aussi pour mission d’accroitre l’attractivité du « Pays des Hommes intègres » en matière d’investissements. Et dans cette lancée, trois parties doivent apporter leurs touches. Il s’agit des entreprises, l’ABI et le gouvernement. Pour le conseiller technique du ministre en charge du commerce Honoré Yonli, le « gouvernement a joué sa partition ». Selon ses propos, le secteur privé est devenu un véritable moteur de la croissance économique avec les efforts consentis à cet effet.

Cependant, malgré les efforts consentis, la sensibilisation autour du code des investissements n’a pas atteint ses objectifs. « J’ai également pu noter certaines incohérences dans la mise en œuvre des agréments obtenus », a ajouté Honoré Yonli, au nom du ministre du commerce. Sur le problème de vulgarisation du code des investissements, il a indiqué que les entreprises « ne vont pas vers les structures compétentes » pour connaitre les avantages dudit code.

Quelques avantages du nouveau code des investissements sont entre autres l’allègement des conditions pour les Petites et Moyennes Industries (PMI) et la décentralisation des avantages pour les entreprises hors de la ville de Ouagadougou. La balle est alors dans le camp des entreprises pour en profiter.

En guise d’informations, l’agrément est une Licence qui est concédé par l’État à une entreprise qui remplit un certain ombre de condition d’éligibilité. Il octroie ainsi à l’entreprise des avantages pour son implantation.

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *