Décennie des personnes âgées : La nécessaire solidarité intergénérationnelle

238 0

Ceci est une tribune de Dr Aoua Congo sur la situation des personnes âgées.

L’Assemblée générale des Nations Unies a désigné le 1er octobre comme Journée internationale des personnes âgées par sa résolution 45/106 du 14 décembre 1990. Commémorée chaque 1er octobre, l’année 2020 célèbre le 30e anniversaire et la décennie du vieillissement en bonne santé (2020-2030) a été lancée.

Dans un monde de plus en plus individualiste, aider les personnes âgées à vivre dignement n’est pas une vision collective. Les perceptions de la vieillesse posent des problématiques, notamment genre et les questions de santé sont les plus pressantes en ce contexte mondial de pandémie de la maladie à coronavirus.

Aussi appelées seniors ou aînés, l’OMS circonscrit la catégorisation des personnes âgées aux personnes de plus de soixante ans[1]. Au niveau mondial, l’OMS estimait en 2018 que, d’ici à 2050, la population mondiale âgée de 60 ans et plus atteindra 2 milliards de personnes, contre 900 millions en 2015. Problème ou opportunité ? Chaque société traite à sa manière cette donne et développe ses représentations de la situation. 

En Afrique, les personnes âgées sont en général respectées. Des enseignements contés aux récits historique des griots, les personnes âgées sont mises en vedette dans la chaine de transmission des valeurs, de génération à génération. Elles permettant ainsi aux jeunes générations d’apprendre, de se construire et d’entretenir leurs racines en s’abreuvant à la source des cultures familiales et communautaires. Au Burkina Faso, la Loi n°024-2016/AN du 17 octobre 2016 portant protection et promotion des droits des personnes âgées décline d’ailleurs le rôle de la personne âgée :

« La personne âgée constitue une référence pour les jeunes générations. A ce titre, elle encadre et transmet son savoir aux jeunes générations pour la promotion des bonnes pratiques. La personne âgée favorise et renforce le dialogue entre les générations et la solidarité au sein de la famille et de la communauté ».

Dans le domaine de la santé, l’article 9 stipule que « L’Etat prend toutes mesures pour assurer la protection et la promotion de la santé des personnes âgées. Il crée et encourage la création des services de gériatrie et de gérontologie dans les établissements sanitaires. » Les perceptions négatives induisent cependant de nouveaux comportements préjudiciables à au bien-être des ainés.

 

Des perceptions de la vieillesse aux comportements de rejet

Un peu partout dans le monde, les personnes âgées sont souvent perçues comme des charges sociales ou des fardeaux familiaux quand elles ne bénéficient pas d’une retraite. Les publications quasi quotidiennes d’évènements malheureux témoignent de maltraitance à l’encontre de ces personnes.

Le Burkina Faso, n’est pas en reste. Tandis que les grands-parents sont généralement des personnes de ressource dans les familles. Des personnes âgées subissent des violences dans leurs communautés. Souvent accusées de sorcellerie, les femmes âgées sans soutien sont les plus vulnérables. Battues, lapidée ou chassées sous le regards d’enfants et de caméras de téléphones, les victimes succombent quelquefois sans assistance. Chanceuses sont celles qui réussissent à fuir et à se retrouver dans la communauté   dans des centres d’accueil comme celui de Sakoula, à la périphérie Ouagadougou. Le gouvernement, les forces de l’ordre et des organisations de la société civile, s’attèlent à défendre les droits de ces personnes. Du travail reste cependant à faire pour changer les mentalités.

Souvent très cultivées, quelques fois consultées en tant que patriarches, matriarches ou Trésors humains vivants, les personnes âgées, détentrices de savoirs, ont un capital d’expériences enrichissantes à valoriser. En référence aux ainés détenteurs de sagesses pour qui une attention particulière devrait être réservée, Amadou Hampâté Bâ à qui est attribué le proverbe « En Afrique, un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brule », disait dans un discours prononcé en 1960 à l’UNESCO :

 « Je pense à cette humanité analphabète, il ne saurait être question de livres ni d’archives écrites à sauver des insectes, mais il s’agira d’un gigantesque monument oral à sauver de la destruction par la mort, la mort des traditionalistes qui en sont les seuls dépositaires. Ils sont hélas au déclin de leurs jours. Ils n’ont pas partout préparé une relève normale. En effet, notre sociologie, notre histoire, notre pharmacopée, notre science de la chasse, et de la pêche, notre agriculture, notre science météorologique, tout cela est conservé dans des mémoires d’hommes, d’hommes sujets à la mort et mourant chaque jour. Pour moi, je considère la mort de chacun de ces traditionalistes comme l’incendie d’un fond culturel non exploité. »

La culture africaine accorde une place importante aux personnes âgées car supposées représenter la sagesse. N’empêche qu’il arrive que des ainés exagère dans leurs approches communicationnelles avec les plus jeunes. Leur notoriété ne les exempte pas de critiques sur leurs comportements. Maitre Titinga Frédéric Pacéré (2005 : 53), le dit bien en parlant des conflits familiaux : « Si l’aîné s’abreuve d’injures, le cadet s’abreuvera de sorcellerie ». Le droit d’ainesse n’exclut pas l’intégrité et la courtoisie des uns envers les autres est un enjeu important.

La solidarité intergénérationnelle, une valeur à promouvoir et une responsabilité à partager

La journée des personnes âgées rappelle que vieillir est une chance et bien vieillir est un bonheur, pour peu que le regard de la société sur l’âge évolue positivement. Améliorer le regard social sur les personnes âgées est une perspective de développement humain. Pratique séculaire en milieu traditionnel surtout, la solidarité intergénérationnelle est une valeur à entretenir. Cette journée interpelle donc la conscience collective sur l’humanisation des relations entre les générations. Elle appelle à une intelligence collective pour un vivre ensemble harmonieux. Les personnes âgées sont un atout pour la société, un atout qui peut contribuer de manière significative au processus d’un développement humain durable. La protection et la promotion des droits des personnes âgées, contribue à la dynamisation continue des valeurs socioculturelles. Mobiliser les acteurs sociaux, éduquer les jeunes et encourager la volonté politique pour une mobilisation des ressources en faveur des œuvres sociales est alors un impératif. Dans le contexte mondial de la pandémie de la maladie à coronavirus survenue à la fin de l’année 2019, les ainés ont particulièrement été fragilisés. Malgré le dévouement des personnels de santé, ils sont les victimes majoritaires de la pandémie.

La décennie des personnes âgées appelle à la solidarité intergénérationnelle et à la responsabilité de protéger des familles car l’assistance aux personnes âgées incombe d’abord à leurs familles. La communauté vient ensuite. Le soutien des gouvernants demeure cependant capital car bien que des textes, de chartes et autres instruments internationaux existent, en l’occurrence en Afrique, l’adoption de textes d’application et la mise en œuvre de politiques nationaux en faveur des personnes âgées se font souvent attendre.

Dr Aoua Carole CONGO

INSS/CNRST

[email protected]

 Source Photo : Flickr / Laurent


Références

Burkina Faso, Loi n°024-2016/AN du 17 octobre 2016 portant protection et promotion des droits des personnes âgées

Protocole à la charte africaine des droits de l’homme et des peuples (2016), 7p.

URL : https://social.un.org/ageing-working-group/documents/Alapini%20-protectiondpa%20afrique[1].pdf

Assemblée Nationale, Loi n°024-2016/AN du 17 octobre 2016 portant protection et promotion des droits des personnes âgées, 12 p. URL : https://lavoixdujuristebf.files.wordpress.com/2013/08/loi-portant-protection-et-promotion-des-droits-des-personnes-agees.pdf

OMS (2018), Vieillissement et santé, consulté le 15 septembre 2020. URL : https://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/ageing-and-health

OMS (2015), Rapport mondial sur le vieillissement, OMS, 296 p

 

PACERE T. F, (2005), Pensées africaines. Proverbes, dictons et sagesse des Anciens, Droit et cultures, mis en ligne le 07 juillet 2009, consulté le 15 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/droitcultures/1172

WHO (2002) Proposed working definition of an older person in Africa for the MDS Project, Health statistics and information systems, https://www.who.int/healthinfo/survey/ageingdefnolder/en/

United Nations (1990), Resolution 46/106, Implementation of the international action on ageing and related activities, pp 190-191 https://www.un.org/ga/search/view_doc.asp?symbol=A/RES/45/106

[1] « Proposed working definition of an older person in Africa for the MDS Project » [archive], sur www.who.int.



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *