Burkina : Les gestionnaires du ministère de l’éducation invités aux bonnes pratiques financières

184 0

Pour une exécution financière efficace et optimisée, les gestionnaires du Ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales (MENAPLN), ont eu une rencontre d’échanges sur l’exécution de la dépense publique du 19 au 23 octobre 2020 dans la deuxième ville du Burkina Faso, Bobo-Dioulasso.

Les gestionnaires du Ministère de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales (MENAPLN), se sont mis au même niveau d’information sur le respect des procédures et la nécessité de justifier les  ressources dans l’orthodoxie financières.

Les différents gestionnaires ont déballé leur préoccupation en 10 points à cette rencontre, parmi lesquels il y a l’utilisation du reliquat de ressources des examens, le trousseau pédagogique et la question des bourses.

Avant l’intervention du ministre de l’éducation, le Pr Stanislas Ouaro, le directeur de l’administration des finances du MENAPLN, Sékouba Traoré a dressé un bilan satisfaisant de son service pour l’année 2019 et se montre confiant pour celui de cette année :  « le taux d’exécution de l’année 2019 a été de 99% pour ce qui concerne le budget général et de plus de 70% pour ce qui concerne le compte spécial du trésor, alors que les années antérieures ce n’était pas le cas (…). Nous pensons qu’à la fin de cette année, nous aurons des taux nettement meilleurs ».

Les gestionnaires se sont engagés à justifier à temps et avec des pièces justificatives de qualité dans le respect des règles financières

En réponse aux préoccupations des gestionnaires, le ministre en charge de l’éducation a d’abord souligné que ces préoccupations seront étudiées de concert avec le ministre en charge des finances. « On ne peut pas tout prendre, parce qu’on va sortir de la gestion budgétaire classique. On est obligé d’être dans l’orthodoxie budgétaire mais aussi tenir compte de certaines spécificités », dit-il.

Ensuite, le Pr Ouaro a expliqué que concernant  l’utilisation du reliquat de ressources des examens pour la prise en charge de la sécurité lors des examens, il a soumis au ministre des finances. Pour les questions relatives au trousseau pédagogique et aux bourses, le ministre a rassuré  que son collègue des finances est engagé à le faire. « Il nous a demandé de préparer un projet d’arrêter pour introduire (…) ».  

Le ministre de l’éducation, le Pr Stanislas Ouaro a indiqué que son institution, qui compte 60 à 63% des effectifs de la fonction publique,  doit pouvoir jouer sa partition à travers une très bonne gestion des ressources allouées.

 Il a par ailleurs reconnu que les ressources sont limitées et les besoins sont énormes. Néanmoins, il a invité les acteurs à la compétence, l’intégrité,  l’honnêteté, la transparence, la loyauté l’amour du travail, et avoir pour objectif l’avenir des élèves du Burkina Faso.

A la clôture de cette rencontre, les gestionnaires se sont engagés à justifier à temps et avec des pièces justificatives de qualités dans le respect des règles financières.

Irmine KINDA

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *