Célébration de la Journée des Nations Unies

247 0

La Journée des Nations Unies est célébrée chaque année à la date du 24 octobre, jour anniversaire de l’entrée en vigueur de la Charte des Nations Unies en 1945.

La Charte a été signée à San Francisco le 26 juin 1945, à la fin de la Conférence des Nations Unies pour l’Organisation internationale, et elle est entrée en vigueur le 24 octobre 1945. La ratification de ce document fondateur par la majorité des États signataires, dont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, marque en effet l’acte de naissance des Nations Unies.

L’Organisation des Nations Unies fête son 75e anniversaire à un moment où le monde est en proie à de profonds bouleversements, aggravés par une crise sanitaire mondiale sans précédent qui a eu – et continue d’avoir – de graves répercussions économiques et sociales. Toutefois, il s’agit aussi d’une période charnière, pouvant représenter une réelle opportunité de changement positif, de dialogue renouvelé et de pas décisifs vers un avenir meilleur pour tous. Ensemble, nous pouvons œuvrer à la réalisation de cet objectif commun.

« Le soixante-quinzième anniversaire de l’Organisation des Nations Unies tombe en plein milieu d’une pandémie mondiale. Notre mission fondatrice est aujourd’hui plus importante que jamais. […] En ce jour d’anniversaire, j’invite les femmes et les hommes du monde entier à s’unir. L’Organisation des Nations Unies n’est pas seulement à vos côtés : elle vous appartient c’est vous, c’est « nous, les peuples ».  Message du Secrétaire Général des Nations Unies, M. Antonio Gutteres.

Au Burkina Faso, la commémoration sera marquée par une conférence de presse sur les enjeux de cette journée le 22 octobre 2020 et une célébration suivra le vendredi 23 octobre à l’Immeubles des Nations Unies à partir de 9h30.

Le thème de la journée est le suivant : « Face aux défis du moment, agissons et façonnons l’avenir que nous voulons ! »

Contexte :

La représentation des Nations Unies au Burkina Faso, aussi appelée Système des Nations Unies, regroupe 19 agences dont 9 résidentes et 10 non-résidentes intervenant pour appuyer le processus de développement mais aussi les actions humanitaires et en lien avec les enjeux environnementaux ; sous le leadership d’une coordonnatrice résidente également coordonnatrice humanitaire.

En se basant sur l’expertise unique et les compétences de chaque entité de son Organisation, le Système des Nations Unies tire profit des mandats de ses Fonds, Programmes et Agences spécialisées pour accompagner le Gouvernement et les autres acteurs nationaux dans la réalisation des ambitions du Plan National de Développement Economique et Social (PNDES) alignés aux Objectifs de Développement Durable (ODD), avec une attention particulière de «Ne laisser personne de côté».

L’action du Système des Nations Unies au Burkina Faso se concrétise à travers la mise en œuvre du Plan-cadre de coopération des Nations Unies pour le développement durable. Cette action passe également par le renforcement des systèmes nationaux et locaux, la préparation à l’anticipation et la gestion des crises et transcender les divisions entre l’humanitaire et le développement par une collaboration efficiente.

La réforme du Système des Nations Unies et la crise humanitaire actuelle au Burkina Faso, ont renforcé la présence et l’action du système auprès des populations burkinabés et des partenaires gouvernementaux et non-gouvernementaux. On compte cinq bureaux UN sur le territoire burkinabé : Ouagadougou, Kaya, et Dori sont déjà opérationnels et fonctionnels, tandis que les bureaux de Fada et Ouahigouya sont en cours de finalisation.

La situation sécuritaire et humanitaire difficile est un défi mais aussi une opportunité pour renforcer l’assistance aux populations dans le besoin. Pour une meilleure action et une meilleure coordination de l’aide humanitaire, l’équipe multisectorielle de coordination humanitaire a été mise sur pieds, de même que les différents clusters d’intervention.

Le Système des Nations Unies continue d’œuvrer à la mobilisation des ressources et à la mise en lumière des besoins des populations burkinabés. Lors d’une conférence virtuelle organisée sur le Sahel central le 20 Octobre dernier par le Danemark, l’Allemagne, l’Union européenne (UE) et les Nations Unies, 1,7 milliards de promesse de financements ont été faites par 24 gouvernements et donateurs institutionnels.

Ouagadougou, le 21 octobre 2020



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *