Lancement de l’incubateur Sira Labs à Bobo-Dioulasso : Des opportunités de création d’entreprises numériques pour tous

220 0

La Ministre du développement de l’économie numérique et des postes Hadja Fatoumata Ouattara Sanon a procédé au lancement officiel du projet « Wuli » de l’incubateur Sira Labs le lundi 26 octobre 2020 à Bobo-Dioulasso. Ce projet financé par la Banque mondiale va outiller gratuitement des milliers de personnes sur les métiers et autres avantages numériques pour le développement du Burkina.

L’objectif principal du projet Wuli, composante du projet E-Burkina initié par l’Agence nationale de la promotion des TICs (ANPTIC), est d’identifier des idées innovantes et d’accompagner les promoteurs pour en faire des entreprises pérennes dans le domaine du numérique. Précisément dans les secteurs clés de l’économie comme l’agriculture, l’environnement, la santé et l’éducation à Bobo-Dioulasso.

Se référant aux règles élémentaires de l’économie, la Ministre du développement de l’économie numérique et des postes Hadja Fatoumata Sanon a rappelé la contribution significative que le projet « Wuli » va apporter dans  la recherche de la souveraineté numérique de notre pays.

Les participants au lancement

« Il faut qu’on commence à consommer ce que nous produisons. Mais cela suppose qu’on doit d’abord œuvrer de sorte à ce qu’il y ait une masse critique de Burkinabè qui construisent des plateformes  dont nous avons besoin»,  explique-t-elle. A l’en croire, cette initiative qui entre dans le cadre du projet E-Burkina  va faire la part belle au monde rural et agricole.

Un ciblage qui, dira-t-elle, correspond bien aux réalités du pays où l’agriculture occupe plus de 80% de la population. Il sera aussi question de lutter contre la pauvreté féminine à travers la fixation d’un quota de 30% de filles.

Un processus qui va évoluer

Pendant deux ans, les bénéficiaires du projet « Wuli » auront un cadre technologique approprié et du suivi de coachs à leurs dispositions. Chose qui permettra de booster leurs innovations. Selon Hadja Fatoumata Ouattara Sanon, ce projet de vulgarisation des TICs et de développement des startups numériques va évoluer de la création des E-services à la construction d’appareils informatiques.

C’est gratuit

« Les bénéficiaires s’inscrivent gratuitement sur le site www.sira-labs.com. On les stimule, on les accompagne à mûrir leurs projet et à développer leurs entreprises numériques à travers trois volets dont la formation, le suivi-conseil et le financement qui sera matérialisé par un soutien cash ou la dotation en infrastructure. A la fin, nous aurons au moins 15 startups numériques et 3000 jeunes formés. Que ce soit les fonctionnaires, les étudiants, les agriculteurs, les commerçants, nous allons inclure tout le monde dans ce processus de développement numérique »

Las Django Bathily, DG de Sira 

Wuli ka sira ta (Se lever pour entreprendre en langue Bambana ou Dioula), qui a donné son nom au projet « Wuli », est exécuté par l’incubateur Sira Labs. Pour son  Directeur général  Django Bathily, l’impact de l’entrepreneuriat numérique va au-delà des emplois virtuels. «Parce que le numérique est transversal » dans la mesure où la création d’un projet numérique crée des emplois dans d’autres secteurs.

Estimé à un coût total de 275 millions de francs CFA, le projet « Wuli » a été financé par la Banque mondiale dont la Représentante résidente au Burkina Faso Maimouna Mbow Fam a participé à la cérémonie de lancement à travers un système de vidéo-conférence.  « L’incubateur de Bobo va couvrir toute la partie ouest du Burkina en attendant l’extension du projet aux autres régions. Car en plus des infrastructures et autres projets structurants, la Banque mondiale soutient également le développement des projets innovants », rassure Maimouna Mbow Fam.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *