Présidentielle en Côte d’Ivoire: Laurent Gbagbo affirme être « résolument du côté de l’opposition »

236 0

L’ex-président Laurent Gbagbo, après neuf (9) années, est sorti de son silence. Dans une interview accordée au média français TV5 Monde Afrique, L’ancien chef de l’Etat a indiqué soutenir l’opposition ivoirienne contre un 3e mandat d’Alassane Ouattara, mais insiste sur le dialogue. 

Le silence de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo en liberté conditionnelle à Bruxelles en Belgique, depuis son acquittement en Janvier 2019 par la Cour Pénale Internationale, a été rompu lors de l’interview accordée au média français TV5 Monde et ce dans ce contexte de crise pré-électorale.

Aujourd’hui la date du 31 octobre approche je vois que les querelles nous amènent dans le gouffre et en tant qu’ancien président de la République, en tant qu’ancien prisonnier de la CPI, ancien homme politique connu, si je me tais ce ne serait pas responsable“, a estimé Laurent Gbagbo. Laurent Gbagbo aurait souhaité prendre la parole à son retour dans son pays mais situation oblige, il affirme être dans l’obligation de parler pour éviter le chaos à son pays « par expérience d’ancien chef d’Etat ».

Pour lui seul le dialogue peut faire éviter à la Côte d’Ivoire ce qui l’attend après le 31 Octobre 2020, à savoir « la catastrophe ». « Asseyons-nous et discutons », a-t-il dit, tout en se rappelant avoir fait du dialogue son arme depuis l’opposition contre le Président Félix Houphouët-Boigny.

A la question de la journalise Denise Epoté de délivrer sa lecture de son élimination à la course présidentielle, Laurent Gbagbo a déploré le caractère « enfantin » de cette exclusion qui consiste à choisir ses adversaires à une élection. « On ne doit pas multiplier les obstacles sur la route des candidatures », a-t-il avisé.

A propos du désir d’un « troisième mandat » tel que reproché au président sortant Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo dit comprendre et partager « la colère des Ivoiriens qui manifestent contre » et par voie de conséquence se dit « résolument du côté de l’opposition ».

Laurent Gbagbo attend de rentrer dans son pays et déplore les tracasseries dont il est l’objet en vue de la délivrance de son passeport par le pouvoir d’Abidjan.

L’élection présidentielle du 31 Octobre cristallise les tensions entre le pouvoir d’Abidjan et l’opposition politique qui dans une unité d’action compte faire barrage à ce scrutin du fait de la candidature jugée « anticonstitutionnelle » du président sortant Alassane Ouattara.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

 

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *