Elections 2020 au Burkina Faso : A Tenkodogo, Zéph promet la révolution industrielle

285 0

Pour sa deuxième participation à l’élection présidentielle, c’est à Tenkodogo dans le Centre-Est, que Zéphirin Diabré et l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) ont officiellement lancé la campagne électorale.  Ce 31 octobre 2020, c’est une ville de Tenkodogo, drapée aux couleurs du parti du lion, qui a accueilli Diabré et son équipe, venus proposer un nouveau départ pour sauver le Burkina Faso.

Si Zéphirin Diabré a choisi la ville de Tenkodogo pour lancer sa campagne, ce n’est sans doute pas le fruit du hasard. La région du Centre-Est fait, en effet, partie des bastions de son parti lequel avait remporté ici en 2015, quatre députés sur les huit places disponibles, et 9 mairies à la faveur des municipales de 2016.

 

Et pour rallier la Cité du Zoungrantenga ce 31 octobre, Zéphirin Diabré et sa délégation ont emprunté la route Guiba-Garango, avec des escales à Niaogho, à Boussouma ou encore à Garango, tous des communes contrôlées par des maires UPC. C’est donc un cortège qui s’est grossi au fil du temps qui a accompagné Zéphirin Diabré et son parti à la Place de la Nation de Tenkodogo, non sans un détour au palais de sa Majesté Naaba Guiguimpolé, Dima du Zoungrantenga, Roi de Tenkodogo.

Grosse mobilisation à la place de la Nation de Tenkodogo au meeting de Zéphirin Diabré

A la place de la Nation de Tenkodogo, où l’attendaient ses militants et sympathisants, le candidat de l’UPC n’est pas allé du dos de la cuillère. Fustigeant la gouvernance du président-candidat, Roch Marc Christian Kaboré, dont il qualifie la gouvernance de « catastrophique », Zéphirin Diabré a présenté les grandes lignes de son projet de société, baptisé « un nouveau départ pour sauver le Burkina Faso » aux populations du Centre-Est.  

Axant son discours sur le bilan du pouvoir en place, Zéphirin Diabré indique avec insistance que choisir le candidat du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) en 2015 a été une « erreur », qu’il faille corriger. D’après lui, il faut renvoyer le pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré pour avoir laissé le terrorisme s’installer au Burkina.

« Ils (Roch Kaboré et le MPP, ndlr) ont hérité d’un pays droit dans ses frontières il y a 5 ans et ils vont nous laisser un pays infesté par des terroristes du fait de leur négligence et de leur incapacité à avoir une bonne vision militaire », regrette celui qui a été chef de file de l’opposition jusqu’ici.

« Si je suis élu… »

Diabré qui a préféré s’adresser à ses potentiels électeurs en mooré et en bissa (les deux langues locales les plus parlées de la région) s’est présenté comme le candidat du « vrai changement » et de l’espoir pour un Burkina reconcilié avec ses fils et filles. La réconciliation nationale, aux dires du natif de Goumbousgou, s’impose comme une nécessité pour aller à l’unité nationale et sortir le pays de l’ornière. « Si je suis élu, la première initiative qui sera lancée à trait à la réconciliation nationale », a-t-il indiqué.

Aux femmes, il a promis la mise en place d’une banque des femmes où des crédits seront octroyés aux femmes à des taux d’intérêt plus bas pour leur permettre de développer des activités génératrices de revenus.  

Aux jeunes, il a promis de les former à l’entreprenariat, et la création d’un fonds d’investissement pour les épauler. S’inspirant de sa propre expérience, lui qui a dirigé le ministère du commerce, de l’industrie et des mines à 32 ans, Zéphirin Diabré a promis de faire de la promotion des jeunes à des postes de responsabilité, une priorité.

Présentation des candidats de la région du Centre-Est à la députation

De l’avis du candidat de l’UPC à la présidentielle du 22 novembre prochain, l’économie doit être reconstruite, et non pas basée sur le modèle import-export, comme c’est le cas actuellement. Il promet donc l’installation d’unités industrielles au Burkina.

 « Moi dans mon projet je mets l’accent sur la révolution industrielle qui va s’accoupler à une révolution agricole. Ce n’est pas normal que les Burkinabè continuent à cultiver avec la daba », promet-il.   

Avant de quitter Tenkodogo, Zéphirin Diabré a donné rendez-vous à ses militants le soir du 22 novembre 2020 (date des élections couplées présidentielle et législatives) pour célébrer leur victoire à Kossyam.

Après Tenkodogo et le Centre-Est, Zéph et son équipe de campagne mettront le cap sur Fada N’Gourma le dimanche 1er novembre 2020.

Maxime Kaboré

Burkina24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *