Élections au Burkina Faso : « Le candidat du MPP sera recalé au premier tour » (Dr Ablassé Ouédraogo)

214 0

Cinq jours après l’ouverture de la campagne électorale, le candidat du parti « Le Faso autrement » a tenu son meeting de lancement. A l‘arrondissement 6 de la commune de Ouagadougou, le Dr Ablassé Ouédraogo a expliqué pourquoi son meeting d’ouverture a si tardé. Le candidat du MCR, Tahirou Barry est passé aussi soutenir « son grand frère ».

Suite au décès du géniteur du président du Faso, le président et candidat du « Le Faso Autrement » a repoussé son meeting de lancement. Désormais, le Dr Ablassé Ouédraogo a lancé les hostilités. C’est un bilan sombre qu’il attribue au régime Kaboré. Selon le candidat de « Le Faso autrement », « le peuple burkinabè a besoin de changement ». Chose qu’il se dit « capable » d’offrir aux Burkinabè.

Revenant sur le bilan de la gestion du président Kaboré, Ablassé Ouédraogo a déclaré ceci : « le président Kaboré et le MPP ont lamentablement échoué (…) Novembre 2015 est passé. Nous avons vécu 5 ans de misère, de rockosité, d’insécurité, de malchance et de malédiction ». Pas de cadeau  pour le MPP de la part du Dr qui dit « être convaincu qu’au soir du 22 novembre 2020, Le Faso autrement et Ablassé Ouédraogo triompheront ».

Ablassé Ouédraogo croit en une défaite du MPP dès le premier tour

Une réconciliation nationale « sincère, inclusive et ouverte »

Les prochaines échéances électorales sont selon les propos de Ablassé Ouédraogo une occasion pour « le peuple burkinabè de se racheter ». Pour la question de la réconciliation nationale, le Dr en économie a rappelé qu’elle est « indispensable » afin de relancer le « pays des Hommes intègres ». « Le Burkina Faso est divisé et vit dans la haine et dans l’exclusion. Et vous ne pouvez rien construire quand vous avez une situation où les gens ne s’aiment pas, ne se parlent pas et où personne ne prend en compte autrui », a-t-il expliqué.

S’il est élu, Ablassé Ouédraogo promet un forum national afin de réfléchir sur la réconciliation nationale. Il veut ainsi mettre sur pied une réconciliation nationale « sincère, inclusive et ouverte » car pour lui, « la réconciliation est l’affaire de tous ». Le candidat de « Le Faso autrement » explique ainsi que cette réconciliation ne saurait être l’affaire d’une seule personne ou d’un groupe de personnes. Sur la promesse du président sortant de régler la question de la réconciliation en 6 mois, Ablassé Ouédraogo estime que « c’est faux ».

Tahirou Barry au meeting de Ablassé Ouédraogo

« Les Burkinabè ne sont pas dupes ni des nez percés. Les Burkinabè sauront éviter les paroles populistes et démagogiques », a clamé le président de « Le Faso autrement ». Passé l’étape de la réconciliation, le candidat entend s’attaquer à la question de la sécurité puis viendra l’étape de relancer économiquement le Burkina Faso. A terme, c’est « un développement durable » qu’il veut mettre en place. Et pour y arriver, Ablassé Ouédraogo veut s’appuyer sur le capital humain car « la seule vraie richesse du Burkina Faso ce sont ses femmes et ses hommes ».

Tahirou Barry est passé soutenir “son grand frère”

En marge de ce premier meeting du parti « Le Faso autrement », le candidat du MCR Tahirou Barry est venu soutenir son « grand frère ». Selon les propos de ce dernier, le Dr Ablassé Ouédraogo lui a demandé de « faire acte de présence ». Une chose qu’il a acceptée par « respect et considération ». « C’est un devoir pour le petit frère lorsqu’il est invité, d’honorer l’invitation. Je suis donc heureux d’être avec le frère et avec vous pour la même cause, le même combat », a laissé entendre Tahirou Barry.

Pour le sens de sa présence au meeting d’un autre candidat à l’élection présidentielle de novembre 2020, le candidat du MCR a expliqué que « seul, on peut aller plus vite. Mais c’est ensemble qu’on va loin ».  C’est alors un message d’union que les deux candidats ont voulu faire passer. Une démarche qui ambitionne conduire à la défaite du camp MPP. Mais pour Ablassé Ouédraogo « le candidat du MPP sera recalé au premier tour ». Il souligne également qu’un second tour sera « inévitable et incontournable ».

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *