Le MPS à Bobo : « Si Zida est élu au soir du 22 novembre, son avion décollera »

298 0

Le Mouvement patriotique pour le salut (MPS) a lancé sa campagne provinciale du Houet  le samedi 7 novembre 2020 à Bobo-Dioulasso. A travers une conférence de presse, les militants du parti de Yacouba Isaac Zida veulent rassurer la population de leur « présence » effective sur le terrain  politique. 

« Au soir du 22 novembre 2020, si Yacouba Isaac Zida est déclaré vainqueur du scrutin présidentiel, son avion décollera tout de suite pour le Burkina Faso », prévoit Harouna Zakané, Secrétaire général et directeur de campagne du Mouvement patriotique pour le salut (MPS) Houet.

Mais pourquoi attendre d’abord d’être élu avant de rentrer au pays ? Harouna Zakané rassure que l’envie de retourner au bercail est constamment présente chez leur candidat. Surtout qu’il était initialement parti juste pour une visite familiale  au Canada. Et c’est contre toute attente que le communiqué l’accusant de « désertion en temps de paix » lui est tombé à la figure par « une hiérarchie militaire manipulée par la présidence du Faso ».  

Pour Harouna Zakané,  il est inacceptable pour le MPS de voir son candidat entrer dans l’histoire par la fenêtre. « Nous voulons éviter que Zida ne soit embarqué dans un cargo, se faire arrêter par ses subordonnées, sali, montré dans les médias pour ensuite être relâché pour faute de preuve », explique-t-il.  Un tel évènement selon les prédictions du SG du MPS va créer  « des émeutes dans ce pays regorgeants d’un peuple  qui apprécie Yacouba Isaac Zida ». Ce que l’homme de paix et président du MPS ne souhaite pas. Quand bien même il veut vraiment tracer l’histoire réelle qu’il a commencée pendant la transition.

« Nous sommes présents sur le terrain »

En attendant que leurs démarches de plaidoyer pour un retour honorable de Yacouba Isaac Zida reçoivent un écho favorable ou que le temps leur donne raison sur l’innocence de l’homme, Harouna Zakané à travers cette conférence de presse veut affirmer la présence effective  de son mouvement. 

« Nous sommes là pour dire à la population que nous sommes présents sur la scène politique pour œuvrer au rassemblement de tous les Burkinabè », insiste-t-il avant de conclure qu’au soir du 22 novembre 2020, le peuple souverain a le choix d’aller se condamner (en votant un autre candidat) ou se déchainer (en votant le MPS).

Aminata SANOU                                                           

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *