Elections 2020 : L’UPC et la NAFA main dans la main pour « le clap de fin du règne MPP »

239 0

Ce samedi 7 novembre 2020, c’est à Koudougou dans le Centre-Ouest que Zéphirin Diabré et son équipe de campagne sont allés présenter leur projet de société à l’électorat de cette région. Soutenu à l’occasion par la Nouvelle Alliance du Faso (NAFA), le parti du Lion s’attend à une insurrection électorale le 22 novembre 2020 pour s’emparer du fauteuil présidentiel.

Dans la course à l’élection du président du Faso le 22 novembre prochain, Zéphirin Diabré peut compter sur l’accompagnement de la NAFA dans le Centre-Ouest et notamment dans la province du Sanguié. Dans cette province considérée comme le bastion de la NAFA de l’ex-ministre des affaires étrangères, Djibril Bassolé, les deux partis ont convenu de présenter une liste commune aux scrutins législatifs, le candidat de la NAFA étant le premier titulaire et celui de l’UPC deuxième titulaire.

Anicet Bazié (candidat NAFA à la députation au Sanguié), qui a salué officiellement cet engagement pris par l’Union pour le Progrès et le Changement et son parti a appelé les militants de la NAFA à voter pour Zéphirin Diabré à la l’élection présidentielle.

Anicet Bazié, candidat tête de liste de la NAFA dans le Sanguié appelle à voter Zéphirin Diabré

« “Nous avons pris sur nous la responsabilité de voter le vrai changement en appelant nos militants et nos sympathisants à voter Zéphirin Diabré pour la présidentielle de 2020 », a-t-il clamé devant ses militants venus du Sanguié.

Ragaillardi par ce soutien de la NAFA, Zéphirin Diabré a fait comprendre à ses militants que si cette élection n’était pas un rituel consacré par la constitution, il aurait pu s’en passer au regard du bilan « calamiteux » du pouvoir de Roch Marc Christian Kaboré.

« Cette campagne est voulue par la constitution. Donc chaque 5 années, il faut bien que l’on sacrifie à son rituel. Mais si ce n’était pas ça, est-ce qu’on a besoin de faire une campagne électorale cette année au Burkina Faso quand on voit le bilan catastrophique et calamiteux de ceux qui nous gouvernent depuis 5 ans ? » s’interroge-t-il.

 Pour le candidat classé deuxième à la présidentielle de 2015 avec un peu plus de 39% des suffrages, le régime du Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP) a échoué à tous les niveaux, laissant le pays dans une situation de laisse-guidon. Ce qui a permis aux « ennemis » de s’en emparer .

Koudougou… point de départ de la révolution industrielle

Jadis une cité industrielle, Zéphirin Diabré a promis à l’électorat du Centre-Ouest, d’opérer une révolution industrielle et dont le point de départ sera Koudougou. A l’en croire, pour impulser cette révolution industrielle, une liste de 5000 produits ont été identifiés pour être fabriqués au Burkina. Cette révolution industrielle, d’après lui, a pour but de faire du Burkina l’usine du continent.

Zéphirin Diabré a également décliné sa politique agricole et s’est offusqué qu’aujourd’hui encore les paysans n’ont d’autre moyen de production que la daba. Il promet donc de doter les 8 000 villages du Burkina de tracteurs et de châteaux d’eaux pour permettre aux paysans de faire trois récoltes par an.

Une vue du public au stade municipal de Koudougou lors du meeting régional

La question de l’éducation et de l’emploi pour la jeunesse et celle de la femme sont également au centre du projet de société du candidat de l’UPC, qui n’attend qu’une « insurrection électorale » le 22 novembre 2020 pour lui permettre de mettre la main sur le palais de Kossyam et « d’opérer le changement qui va sauver le Faso ».

Maxime Kaboré

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *