La filière cuirs et peaux, une activité ancestrale prise au piège par l’orpaillage et les attaques des groupes armés  dans le Sanmatenga

132 0

Ceci est un article sur les conséquences des attaques terroristes sur la filière cuirs et peaux.

Résumé

L’étude questionne le basculement de la filière cuirs et peaux au profit de l’orpaillage pendant ces derniers temps. Pourtant, la province du Sanmatenga est réputée pour ses activités dans la filière cuirs et peaux au Burkina Faso. La méthodologie utilisée pour aboutir à cet objectif est basée sur la collecte des données sur le terrain  et d’une revue de littérature. Il convient de mentionner que la filière cuirs et peaux est en crise à cause de l’évolution de l’orpaillage et des attaques des groupes armés dans la province du Sanmatenga. Le manque de structure formelle sur un secteur productif en est aussi une cause.

Mots clés : , cuirs et peaux, Groupes armés, orpaillage

Introduction

Dans la région du centre nord du Burkina Faso, la commune urbaine de Kaya et ses environs bénéficient d’un climat soudano-sahélien favorable à l’élevage. Bien qu’étant du type traditionnel.cet élevage produit un cheptel assez considérable comme le confirment les statistiques (Zongo, 2011). Les activités dérivées de l’élevage connaissent une certaine ampleur mais demeure peu organisées. Kaya, chef lieu de région, est réputé dans le travail des cuirs et peaux. La filière cuirs et peaux occupe une place importante dans les activités de contre saison de la population de Sanmatenga. Elle doit son existence au village de Silmiougou, village par référence à la production des cuirs et peaux dans le centre nord du Burkina Faso.

 Les cuirs  et peaux sont une potentialité de pointe pour la région en termes de développement local, même si la majorité des acteurs évolue dans le secteur informel. Mais force est de constater que cette activité ancrée au sein de la population à tendance à perdre sa main d’œuvre au profit de l’orpaillage.  Dans le cadre de cette étude nous questionnons les causes de ce revirement de situation.

Méthodologie

Dans le cadre de cette étude  la principale source de données utilisée est la revue de littérature et les données de terrain. Les méthodes utilisées pour la collecte des données sont des entretiens semi-structurés et le focus group. Des entretiens ont été réalisés auprès d’un échantillon constitués par des acteurs de la filière cuirs et peaux dans le Sanmatenga. Au niveau des artisans, nous avons eu des entretiens avec les responsables des dépôts des magasins de peaux, les collecteurs des peaux, les tanneurs et les artisans. Dans les sites d’orpaillage nos entretiens étaient avec les chefs de trous, les creuseurs, le propriétaire des sites.  Ces entretiens ont consisté à recueillir leur avis sur l’impact de l’orpaillage sur l’activité filière cuirs et peaux dans le Sanmatenga.

Discussion et résultats

Les déterminants de la baisse de la main d’œuvre de la filière cuirs et peaux dans le Sanmatenga

La fermeture des sociétés Tan Aliz après l’insurrection populaire de 2014

La fermeture des usines des cuirs et peaux de TAN-ALIZ a entraîné la mise en chômage des personnes travaillant dans le domaine des peaux dans toutes les régions du Burkina Faso. 80% des responsables des magasins de  peaux dans le Sanmatenga interrogés dans le cadre de cette étude avancent ne plus avoir des personnes à leur disposition pour collecter les peaux dans les différentes communes de la province du Sanmatenga. Le départ des collecteurs des peaux est attribué à la fermeture de la société TAN-ALIZ qui achetait régulièrement les peaux avec les différents collecteurs. À la question de savoir la cause de ce désintérêt ZA,  responsable d’un magasin de fabrication des objets en cuirs avance que depuis la fermeture les collecteurs locaux ont beaucoup souffert car beaucoup de peaux sont restées dans des magasins sans pouvoir être vendues. La non valorisation de secteur par une structure étatique explique en grande partie le basculement des collecteurs des peaux dans l’orpaillage suite à la fermeture de la société privée TAN-Aliz

Les attaques des groupes armés dans le Sanmatenga restreint le déplacement des collecteurs des peaux

Le système d’élevage repose sur la mobilité saisonnière des éleveurs, fortement compromis par les terroristes et les trous béants issus de la pratique de l’orpaillage. L’accès aux ressources pastorales et la mise en circulation du bétail sont devenus très compliqués, voire impossibles, dans certaines zones du Sanmatenga pour les éleveurs. Pourtant la filière cuirs et peaux doit son existence à la valorisation locale des produits de l’élevage qui passe principalement par l’abattage des animaux. Dans le Sanmatenga, si le système de collecte des peaux reposait sur la mobilité des collecteurs, de nos jours cette forme de collecte des peaux n’est plus possible à cause de l’insécurité qui règne dans la dite province.

Cette situation augmente le désintérêt des jeunes pour la collecte des peaux et cuirs et les poussent vers les sites d’orpaillage. Alors que la plupart de nos enquêtés reconnaissent que l’activité à un impact positif sur la vie sociale et économique des acteurs à travers la création de nouvelles activités rémunératrices. C’est dans cette même veine que ZS avance que : «  le travail du cuir et des peaux  qui nous donnait beaucoup de moyens pour s’occuper de nos familles respectives est en train de mourir à cause de l’orpaillage et les attaques des groupes armés ». Cette abnégation et la prédisposition des acteurs locaux à travailler dans la filière cuirs et peaux à tendance à disparaître au profit de l’activité d’orpaillage nous mentionne la direction des ressources animales de la province.

 

L’évolution des cours de l’or, l’appât des collecteurs des peaux dans le Sanmatenga

 

De nombreux facteurs contemporains expliquent l’ampleur inédite des ruées ( Magrin, 2017). Ces ruées vers l’or ont pris naissance dans un contexte de crise en milieu rural marqué par une forte insécurité alimentaire dans la plupart des pays africains. S’il est vrai que le cours de l’or est la première cause évoquée de l’abandon de la filière cuirs et peaux, il convient toutefois de mentionner le manque d’accompagnement des autorités étatiques sur le secteur.  Ce manque d’accompagnement dans la promotion du secteur qui fait face à l’orpaillage dont le prix ne cesse d’augmenter semble être la cause fondamentale du départ des collecteurs des peaux vers les sites d’orpaillage dans le Sanmatenga. Les collecteurs des peaux dans le Sanmatenga nous renseignent que l’une des causes de leurs départs dans les sites d’orpaillage est le manque d’encadrement du secteur. C’est dans cette même optique que :AM «  avance qu’en terme de gain financier, une personne qui part dans les sites d’orpaillage gagne plus que le travail des cuirs et peaux ». Même si les sites d’orpaillage procurent beaucoup plus d’argent, le secteur de la filière cuirs et peaux reste le secteur durable en terme d’affaire économique.

 Conclusion

La filière cuirs et peaux apparaît comme un levier potentiel de développement de la province du Sanmatenga, mais force est de constater que de nos jours cette activité fonctionne mal à cause du développement de l’orpaillage et des attaques des groupes armés dans la dite province.  Au regard du rôle socio économique que la filière cuirs et peaux joue dans la vie de la population, une organisation des artisans en associations modernes et formelles s’avère indispensable pour faire face aux différents maux que subissent la filière.

Dr Zongo Tongnoma

Email : [email protected]


Bibliographie

Zongo T. 2011. Cuirs et peaux dans l’économie urbaine à Kaya, mémoire de maîtrise de Géographie UFR/SH, Université de Ouagadougou,92p

Magrin G., 2011. Des rentes au territoire, contribution pour une géographie du développement en Afrique, dossier d’Habilitation à diriger des recherches (HDR), université Paris 1-Panthéon Sorbonne, 447 p

 



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *