Présidentielle 2020 : “Cette fois-ci, le peuple ne se laissera pas voler sa victoire” (UPC Allemagne)

261 0

Ceci est une déclaration de la section de l’Union pour le progrès et le changement (UPC)-Allemagne sur les  élections du 22 novembre 2020.

Nous (UPC-Allemagne) voudrions à travers cet exercice didactique conscientiser certains Burkinabé sur la capacité de l’homme à changer positivement sa condition, son environnement (I), et surtout leur faire savoir qu’ils ne doivent commettre la même erreur qu’en 2015. Faire (voter)la même chose et vouloir obtenir un autre résultat que la misère vécue actuellement par la majorité de la population (II). Car, selon Winston Churchill « Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre. ».

„DES“ Projets du Dr. Diabré : « Je vais terminer ce que Thomas Sankara a commencé » dixit Dr Diabré Zéphirin

Zéphirin Diabré n’est pas seulement une chance pour le Burkina Faso, mais pour toute l’Afrique.

L’éveil de la population est son fer de lance (Sankara avait compris cette nécessité) et il le dit : « Désormais au Faso, dire que c’est impossible, on ne veut plus entendre ça ». Cette maxime est le plus grand cadeau que l’on puisse faire à une jeunesse infantilisée et sans repère moral, à la quelle on a ôté ses rêves et idéaux en l’abrutissant dans la dépendance et le larbinisme !

La Jeunesse actuelle est le porte-flambeau des projets politiques de l’UPC. Beaucoup, malheureusement, de nos doyens politiques n’ont pas l’imagination fertile, pas de rêves, pas d’audace, pas de courage, en somme aucune perspective de développement pour les générations futures. Ce qui les intéresse, c’est le pouvoir et rien que le pouvoir et sa jouissance, quant à ce qui advient de la Nation, vous le vivez actuellement (en exemple récent : le 11/11/2020, 14 soldats tombés, eux boivent le champagne).

Ils traînent depuis trois décennies l’idéologie du „ICI ET MAINTENANT“ : Planter un arbre, jouir de son ombre et ses fruits, ensuite l’abattre pour faire du feu ! Quid des générations à venir ?

De telles actions et attitudes sont la résultante du sous-développement africain. L‘Occident planifie pour les générations à venir, les nôtres planifient juste pour la durée de leurs propres vies.

Ces anciens sans idées de développement maintiennent une partie de la jeunesse dans leur théorie révolue : larbiniser la jeunesse, tout en la privant de ses capacités d’initiatives créatives, devient le levier économique et politique pour s’épanouir, absence de projets, de rêves. La jeunesse doit mendier et patienter pendant qu’eux dilapident les deniers publiques depuis 30 ans. Ils empêchent ainsi les jeunes qui ont des grains à fleurir, et eux ils fleurissent juste pour le temps de leur vie sans produire de grains, laissant cette jeunesse sans grains à planter. Puisque la seule chose apprise est la mendicité couplée au larbinisme.

Un DÉFI est alors lancé à la jeunesse, pour qu’elle prenne sa destinée en main !

Pour paraphraser Bill Gate : « Naître dans un pays pauvre n’est pas ta faute, mais mourir sans rien faire pour t’en sortir est ta faute ».

Nous avons échangé ces derniers jours avec des jeunes bacheliers (entre 16 et 18 ans) allemands et français, et quand on les écoute, on se rend compte que l’avenir des générations après eux est assuré, eu égards aux considérations et consciences qu’ils ont sur des questions comme l’environnement, les valeurs démocratiques, la paix, le développement, de l’évolution technologique consubstantielle à la société, le self-confident etc. Ils ont des rêves (qui ont produit Macron, Trudeau, Kurz chancelier autrichien à 31ans) que respectent les élites, chez nous on les infantilise à vie dans la ténèbre, en assombrissant leur horizon, en tuant toute tentative d’épanouissement dans l’œuf !

Ainsi, notre jeunesse est caporalisée dans l’abrutissement et la dépendance à travers des doctrines étiologiques de l’art politique à l’africaine. Au 21eme siècle, on ne vote plus pour un repas, mais pour une cause ! Seuls les africains ont raté cette partie du monde moderne, ce qui d’ailleurs explique leur souffrance permanente. Beaucoup sans avoir connu le téléphone fixe ont su s’adapter aux smartphones, mais pas à l’ouverture d’esprit que ces appareils sont sensés nous donner sur les mutations de notre monde.

Veuillez donc noter que le développement c’est d’abord une affaire de mentalité, de comportement et de discipline.

L’exemple courant : en 1959 le Ghana et la Corée du sud avaient le même niveau de développement, alors l’on peut se demander qu’est-ce qui a manqué à l’un d’entre eux.

Comme l’a dit si bien l’autre : « Ce pays, nous l’avons emprunté à nos enfants (générations à venir) à qui il revient » Nous en ferons ce qu’ils hériteront !

Et c’est ce paradigme vertueux que Diabré préconise, dans ses projets osés.

L’Art de la démagogie“ n’est pas un costume qui sied à un homme d’État comme Diabré Zéphirin.

À vivre longtemps à proximité d’un dépotoir on finit par s’accoutumer à son odeur, ainsi beaucoup pensent que des programmes politiques réalistes, pour des travailleurs consciencieux et éclairés, sont projets et visions irréalisables. Qu’est-ce qui a pu nous abrutir autant !?

On nous a tellement moulé et formaté l’esprit dans impossibilité, la main tendue et le mensonge, qu’à nos yeux, rien n’est réalisable par nous mèmes, sauf miracle… Sans rêves et projets, que voulons-nous construire avec de tels esprits. On peut aujourd’hui voyager à travers le monde tout en restant chez soi grâce aux réseaux sociaux, mais malgré internet, les africains se concentrent sur les distractions, les pasteurs et coachs auto-proclamés, faisant fi de l’instruction et la formation. L’esprit de courtisan assisté, de mendicité politique et de railleries sont les valeurs partagées d’une certaine partie de la population burkinabé.

Si les créateurs des entreprises GAFA avaient été éduqués comme les Africains, ces nouveaux phénomènes de société qui nous facilitent la vie n’allaient pas exister. Les pessimistes et incapables tuent vos rêves et vous en faites un sacerdoce. Diabré est un penseur méthodique et innovateur, d’où ses projets.

“Des” projet du Dr. Diabré, nous n’en citerons, ici, que quelques-uns qui font la „Une“ des réseaux sociaux au Burkina Faso (Le programme UPC sur notre page suivra à 3 jours des élections) :

Le canal de liaison à la mer évoqué par le Président Diabré, qui fait jaser les afro-pessimistes congénitaux, nous vous demandons de porter vos regards sur les réalisations existantes suivantes :

-Tunnel sous la Manche 50,5 kilomètres.

-Bien que desservie par l‘Elbe, Hambourg est un port continental, le troisième de toute l’Europe, ce qui prouve qu’un fleuve peut relier une ville continentale à la mer.

– En Chine, le plus grand canal- rivière artificielle du monde (1 794 km).

-Plus proche de nous, Kadhafi était traité de fou, quand il a projeté de construire la rivière artificielle environ 3 500 km qui est une réalité de nos jours.

-Le canal de Suez long de 193,3 km percé en 1859.

-…

Dans l’esprit de l’intégration sous régionale, ces types de projets sont réalisables, mais avec des dirigeants techniciens et rigoureux comme Diabré pour tirer cette locomotive à l’image du tandem franco-allemand. Le Burkina n’a rien à perdre en se confiant à Diabré, par contre il répétera la même erreur qu’en 2015 en espérant un autre résultat (rebeloter pour 5 ans de calvaire).

Les populations continentales des pays traversées qui bénéficieront bien avant nous des effets et profits de ce projet :

  1. Avantage pour l’environnement, climat et la bio diversité
  2. L’autosuffisance alimentaire
  3. Développement de lieux de vacances et sports nautiques

4.Création d’emplois seront une réalité au Burkina Faso

  1. Réduction de l’émigration
  2. Mobilité fluviale entre ville, villages et capitales
  3. Faune flore, pisciculture

Les 7 raisons non exhaustives citées ci-dessus faciliteront la levée de fonds aux près des bailleurs de fonds et partenaires techniques, dont l’Union-Européenne, en plus des subventions accompagnant les projets environnementaux. Si chaque gouvernement, en sacralisant le projet dans la Constitution, faisait 10 km de canal par an, nos descendants nous béniront et remercieront éternellement pour nos visions.

Aussi, dès le début du projet les habitants du ou des territoires traversés pourront bénéficier des avantages et serviront de modèles pour les préparations de nos villes au nouveau style de vie, tout en évaluant les impacts directes et indirectes sur la société et son économie.

Quant au nucléaire

L’Africain souffre parce qu’il n’aime pas diagnostiquer sa réalité, la politique de l’autruche et de la complaisance, tout en espérant que la chance va lui sourire un jour (sans le travail nécessaire), donc un jeu de hasard avec la destinée de son pays.

Mauvaise volonté, manque d’instruction ou ignorance de la part des Burkinabé, quand on sait combien de pays africains sont en phase d’accomplissement à moyen terme de centrales nucléaires énergétiques :

-Premier réacteur (TRICO) au Congo en 1950, qui par les effets de la guerre fut arrêté.

-Afrique du Sud centrale de Koeberg

-L’Égypte aura sa centrale d’énergie nucléaire entre 2022-2024

-Tunisie en 2024

-Le Soudan en 2025

– Le Nigeria et l’Algérie en 2030

-Le Kenya en 2025

-…

Que fait le Burkinabé pendant cette course ? Il se moque des compétiteurs, alors que lui n’est même pas dans le stade, encore moins sur la piste ou le terrain.

Retenez aussi la possibilité de création de camps militaires souterrains dans tout le Sahel, à l’exemple de ceux allemands de la seconde guerre mondiale.

(Et là encore, on trouvera des gens pour s’en moquer)

Les paroles de vérité manquent souvent d’élégance, les paroles élégantes sont rarement vérités.

Nos excuses donc à ceux qui retrouvent leur profil dans cette première partie de l’écrit qui a un but didactique et pédagogique.

Du Parti au pouvoir :

[Être] dans le bien et la morale sont des héritages de nos ancêtres, sans distinction religieuse ou ethnique, seule la droiture sociale était la boussole. Voter juste par conformisme (prostitution morale/d’opinion) est la plus grande irresponsabilité qui soit, face aux générations futures.

Si Blaise Compaoré n’est pas irremplaçable, alors ce n’est pas ses apprentis qui ne le seront.

L’indélicatesse a tendance à devenir banale dans la culture politique burkinabè, la fibre patriotique s’amenuise, la politique du ventre se substituant à celle de la conscience, certains d’ailleurs poussent l’outrecuidance jusqu’ à titiller le tribalisme :

L’idéologie du *Boudzinga, qui exploite la naïveté d’une certaine partie crédule de la population, avec pour seul objectif confisquer le pouvoir (sans vision). Priver les générations à venir de projets novateurs, juste pour pouvoir sucrer leur bas ventre pendant cet éphémère passage terrestre. Aucune volonté d’investir pour les générations futures.

L’idéologie du Boudzinga » n’est pas seulement stupide et criminelle, c’est du suicide national(collectif) ! « Nous sommes un seul Peuple, Nous sommes une seule Nation, Nous sommes une seule Communauté des Croyants ». Nul ne peut nous diviser pour des ambitions politiques personnelles.

Tout en rappelant le droit fondamental de liberté d’association en démocratie qui permet d’adhérer à/ ou quitter un parti politique (donc un non-événement), il est tout autant important de faire de l’éthique et la moralité les héritages et symboles à laisser à la jeunesse et à la postérité. Certains ministrables qui lâchent leur parti à 45 jours des échéances électorales sont justement des adeptes de cette idéologie, espions (du CDP avant insurrection et du MPP), en missions commandées de l’adhésion à la démission, ce sont eux généralement des partisans de la théorie du “Boudzinguisme”, pour eux le pouvoir présidentiel n’est pas possible pour le Lion, il faut juste profiter de ses mandats électifs, et ensuite les monnayer au plus offrant.

C’est l’occasion pour nous de saluer et encourager des camarades comme Aminata Djengané et Moussa Zerbo, idem pour les autres cadres, pour leur fidélité légendaire à des idéaux, qui servira de modèle à la jeune génération, car pour paraphraser l’autre, la morale qui agonisait sous l’ère Compaore a tiré sa révérence sous ses apprentis [MPP]. Sans morale, la rigueur prend congé dans la gestion de la chose publique, et c’est ce qui nous a été servi par ce quinquennat du MPP, et qui, in fine, est reconnu ipso facto par Mr Roch Marc Christian lui-même, sous forme de mea-culpa.

D’où le bilan du système actuel :

La Bible nous enseigne ceci : “Malheur à toi, pays dont le roi est un enfant, et dont les ministres festoient dès le matin !” (Ecclésiaste 10 : 16).

La souffrance quotidienne (de la majorité du peuple, surtout les déplacés) étant un bon enseignement, les burkinabè savent depuis 2015 ce que sont la roublardise et la naïveté : Le MPP ne pourra continuer à vivre dans un luxe insultant, tout en imposant le terrorisme (avec perte progressive de territoire) comme unique mode de vie aux burkinabé.

Le Président RMCK reconnaît n’avoir mesuré l’ampleur des difficultés à gérer le Burkina qu’à la fin de son mandat. Ce mea culpa d’un chef d’État qui dit n’avoir appréhendé les exigences de la gestion régalienne [du Burkina Faso] qu’après cinq (5) ans de gouvernance. Donc si nous comprenons sa lecture, il n’a fait qu’un stage de 5 ans sur le Burkina Faso pendant son quinquennat.

A présent, pour enfariner à nouveau les Burkinabé, ils nous servent fioritures et ** « argumenterie », poussant l’outrecuidance jusqu’au point de labelliser la médiocrité, le tohu-bohu, les morts massives de soldats et civils, l’abandon des ayants droit et blessés à leurs sorts, la misère des déplacés, qui sont devenus des sans domicile fixe (SDF) dans leur propre pays par les manquements de l’Etat.

Nous vous présentons les certifications du Label MPP/Roch « Labelle » :

  1. Entre le 4 avril 2015 et le 31 mai 2020 minimum 2243 personnes sont mortes par le terrorisme au Burkina :

-436 militaires burkinabè tués et 310 blessés par les djihadistes. (Que deviennent les ayants droit, femmes et enfants/ que deviennent les blessés militaires). Que fait-on pour éviter d’autres carnages de militaires ?

-1 219 civils tués et 349 blessés par les djihadistes (Que deviennent les ayants droit de ces derniers/que deviennent les blessés/ que fait-on pour éviter la mort de futurs innocents ?)

-588 civils tués par les forces armées burkinabé (Exécutions extra judiciaires/ nécessité d’enquêtes)

Pendant que nous bouclions cet écrit le bilan de l’embuscade du 11.11.2020 de Tin-Akoff était porté à au moins 14 militaires tués (sources sécuritaires).

  1. Violation de l’intégrité du territoire, élément essentiel de la souveraineté d’un État.
  1. De mémoire, c’est la première fois que le Burkina perd une partie de son territoire [Les 35 km qui séparent Djibo du Burkina].

4.C’est aussi sous ce régime qu’un burkinabè, pour la première fois, est réfugié dans son propre pays. Loin de jeter l’opprobre sur nos forces de défense, mais force est de constater l’incapacité du régime à assurer l’intégrité du territoire.

  1. Transparence dans la gestion, promise par le MPP, là encore nous demandons les publications des listes des actionnaires des entreprises qui exploitent les mines d’or du Burkina, cela est très important pour la transparence tant clamée.

6.Charbon fin d’or comme déchet à valeur de 300 milliards, sans entrée dans les caisses de l’État.

Crime économique, dont le journaliste Ladji Bama a levé le lièvre.

Et comme le dit Diabré : « L’impunité des grands entraîne l’incivisme des petits ».

  1. le programme 40.000 logements avec frais d’inscription, où en sommes-nous avec les attributions ?
  1. Faso Fani promesse d’ouverture en 6 mois, où en est-on ?

9.Leasing (pas acquisition) d’ambulances inadaptées, nous publier le montant mensuel ou annuel par ambulance. Et l’étude de planification qui autorisé un tel projet.

  1. Soins gratuits avec publicités, et factures en milliards publiées sans audit.
  1. Santé, éducation et agricultures mis en avant lors de la campagne de 2015, ne sont ni visibles, ni évaluables et présentables comme « bilans politiques ».
  1. Pacte de bonne conduite du MPP de 2015 est à l’antipode de la gouvernance actuelle.
  2. PNDS, un éléphant blanc à la patte cassée, et pour une participation éventuelle à son financement, le chef de la délégation de l’Union-Européenne au Burkina Faso disait ceci, en homme averti : « Le comment importe autant que le combien (et d’ailleurs, le combien, qui est fluctuant, dépend aussi largement du comment) » Jean Lamy
  3. Le problème foncier sera réglé, mais jusque-là rien que brader les terres aux sociétés immobilières, laissant les honnêtes citoyens dans l’expectative.

15.Éradication des écoles sous paillotes promise en 2015 par le MPP, en lieu et place, nous avons disparitions des écoles dans le sahel, recrudescences d’écoles sous paillotes, racket des parents d’élèves pour les frais associatifs dans des écoles urbaines.

  1. La banque promise (en 2015 par le MPP et Roch Kaboré) pour financer les handicapés et les commerçants n’est qu’un mirage, un leurre de mauvais goût.

18.Engagements du MPP (par Roch Kaboré) à solutionner l’accès à l’eau potable, l’assainissement, voiries, nouvelles infrastructures sanitaires et éducatives du supérieur.

  1. l’application de l’assurance-maladie non respectée, étendre la protection sociale aux acteurs du monde rural et de l’économie informelle.

Malgré l’hécatombe citée et le chapelet de défaillance égrené ci-dessus, [celui] chargé de votre sécurité, quelqu’un qui a occupé toues hautes fonctions régaliennes possibles (plusieurs fois ministre, Premier ministre, Président de l’Assemblée, président du parti CDP et Président de la République), vous dit ceci, comme bilan de son quinquennat, je cite :

« Après les 5 ans au pouvoir, j’ai pris conscience des difficultés à gérer un pays comme le Burkina ».

Pendant que la population, elle, continue de souffrir, le temps que le Président Kaboré retrouve ses repères.

Un gouvernement n’est pas un jardin d’enfants, ni lieu de stage ou d’expérimentations, de plaisance ou complaisance. Un État mérite mieux !

Un échec est un échec ! Et dans le cadre de la gestion d’une nation, l’échec doit se sanctionner sévèrement, aucune approche édulcorée, car la mise en danger de son devenir et de sa bonne marche sont des risques vitaux.

Face à ton Dieu, face à ta conscience, face à tes enfants et ton conjoint, et face aux générations futures, peux-tu voter quelqu’un qui s’est entraîné pendant 5 ans sur ton pays comme sur exercice de classe ? Sauf que dans le cas présent, il y va de la vie d’une Nation et de celle de sa population.

Chaque dirigeant est le reflet de la volonté de son peuple, mais en 2015 complicités, exclusions, fichier électoral erroné ont favorisé un camp notamment le MPP, malgré cela le Président Diabré a, en bon républicain, félicité sans hésitation son adversaire. Cette fois ci, la jeunesse a pris sa responsabilité, et la victoire du 22.11.2020 appartient aux jeunes et à l’UPC.

Cette fois-ci, le peuple ne se laissera pas voler sa victoire, et tout sera mis en œuvre pour empêcher le Hold-up électoral effectué en 2015, une exclusion stratégique digne du 3ème Reich et sa propagande. Le MPP n’a donc pas gagné les élections de 2015, il se l’est procuré de façon dolosive, car c’est ce même Roch qui a encouragé et soutenu manifestement la tentative velléitaire de Blaise Compaore, donc complice.

Burkinabè, aiguisez votre sens du discernement et celui de l’analyse politique !

Le Temps du Changement vous ouvre à nouveau ses portes, à vous d’avoir le courage intellectuel et moral (digne d’une conscience humaine) d’y entrer pour rompre avec les gouvernances sans rigueurs, ni objectifs de développement. Ne manquez pas ce rendez-vous historique. Votre descendance vous en remerciera.

OUI, La Jeunesse burkinabè Sait, Peut et Veut assurer son destin, avec l’UPC !

“Si tu n’aimes pas ce que tu récoltes, change ce que tu sèmes”, car “ l’homme n’est rien d’autre que ce qu’il fait”, voter le MPP et vouloir obtenir une meilleure condition de vie est sincèrement stupide.

Le MPP ne vous servirait que 5 nouvelles années de discours prolixes et de souffrance dans l’âme et la chair. Ayant fait l’expérience des cinq dernières années de souffrance, la sagesse devrait nous habiter à présent.

VOTEZ LE VRAI CHANGEMENT [UPC], et vous verrez l’innovation tant recherchée !

Vous verrez un nouveau Burkina Faso rayonner et cité en référence à l’International

VIVE L’UPC

VIVE LA DEMOCRATIE

VIVE LE PRÉSIDENT ZÉPHIRIN DIABRE

Dieu bénisse le Burkina Faso

Signé UPC-Allemagne

——————

*Terme péjoratif dans le contexte, et à connotation tribaliste, qui se traduit en politique par la manipulation, sur fond ethnique, d’une partie de la population l’incitant à ne pas voter pour une autre ethnie ; ainsi certains cadres de partis ne donnent aucune chance d’élection présidentielle à un/leur candidat issu des ethnies minoritaires, « on » cherche juste des mandats électifs, car on ne peut pas te permettre d’avoir le pouvoir)

** “Argumenterie“ expression empruntée à Marnix de Sainte-Aldegonde, satiriste protestant du XVIe siècle certes peu connu, qui a inventé le mot : l’art de combiner Mensonge et Argument.



B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *