Elections législatives : Le Mouvement SENS échange avec les habitants de Tampouy

152 0

Tampouy, un quartier de Ouagadougou, a vécu une soirée rythmée de danse, de musique et de discours ce samedi 14 novembre 2020. Plusieurs artistes nationaux se sont succédés pour donner une ambiance à l’occasion d’un concert meeting organisé par le Mouvement SENS (Servir et non se servir, ndlr) dans le cadre des élections législatives du 22 novembre 2020. Les dirigeants du mouvement ont saisi l’occasion pour prêcher leur programme de campagne à l’endroit de la jeunesse, au rythme de la musique.

19 heures. Le samedi 14 novembre 2020. Aux abords de l’échangeur du Nord et plus précisément sur le terrain Miramar, la population de Tampouy est sortie en grand nombre pour assister au concert-meeting organisé par le mouvement SENS. Cette formation politique est venue convaincre la population à voter massivement pour leurs candidats en lice pour les élections législatives du 22 novembre 2020.

Cette soirée musicale et de campagne a commencé par la prestation des artistes en majorité jeunes et débutants qui n’ont cessé de répéter aux spectateurs « votez SENS ». Après cet instant est intervenu le mot de bienvenue de la part des organisateurs avant que les prestations ne s’enchaînent avec des artistes plus expérimentés comme Daisy Bofola, Tiness la Déesse, Mister Mélo et bien d’autres.

« Le Burkina Faso de 1960, c’est ce même Burkina Faso que nous trainons aujourd’hui »

Le Mouvement SENS créé le 2 août 2020 veut faire une rupture. « Le mouvement SENS a été créé parce que des jeunes, des hommes, des femmes, des vieux se sont assis et ont constaté que le Burkina Faso de 1960, c’est ce même Burkina Faso que nous trainons aujourd’hui, à part une parenthèse qui a été ouverte de 1983 à 1987 sous Sankara », a souligné Oslain Poda, porte-parole du Mouvement SENS. La période révolutionnaire serait la seule période où le Burkina Faso était géré selon la conviction et le vœu des Burkinabè, a précisé Oslain Poda.

L’heure n’étant pas aux critiques et à la démarcation, le Mouvement SENS justifie sa naissance et son engagement du fait de la faillite du système en place. « Le Burkina Faso n’était pas le pays dont nous rêvons », a poursuivi Oslain Poda. Le mouvement SENS va vers la population, pas pour faire des promesses, mais  pour réveiller l’intégrité qui dort dans chaque Burkinabè, selon les propos du porte-parole du Mouvement SENS.

« Est-ce que les jeunes sont prêts pour la révolution dans les urnes ? », a interrogé Abdoulaye Diallo, le candidat en tête de la liste du Mouvement SENS dans le Kadiogo, face à la population de Tampouy. Aussi, leur a-t-il lancé, « le Mouvement SENS est venu pour donner sens à votre vie, à votre engagement et renouveler la classe politique ».

… pour voter le Mouvement SENS le 22 novembre

Abdoulaye Diallo a affirmé avoir sous les bras 4 projets de lois qui concernent les marchés publics et promet de sanctionner les travaux mal exécutés une fois à l’Assemblée nationale. Le quota des jeunes, le foncier, la reconnaissance du mariage coutumier sont les trois autres projets de lois du Mouvement SENS.

Tout en exhortant les jeunes à sortir massivement pour voter le Mouvement SENS le 22 novembre, il s’est également attelé à leur expliquer les conditions et la manière de voter.

Akim ky (Stagiaire)

Burkina24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *