Elections 2020 : La CODEL déploie 3800 observateurs dans les bureaux de vote

313 0

La Convention des Organisation de la Société Civile pour l’Observation des élections (CODEL) a rencontré la presse le samedi 21 novembre 2020 à Ouagadougou, pour faire part son plan de travail dans le cadre des élections couplées du 22 novembre 2020.

Alidou Ouédraogo, président exécutif de la CODEL a indiqué dans sa déclaration liminaire que « la CODEL demeure la plus grande mission d’observation des élections du 22 novembre qui va contribuer à la crédibilité de ces élections couplées ».  Pour se faire, la convention a décidé de mobiliser 3800 observateurs « dans toutes les provinces du pays à l’exception des zones inaccessibles du fait de l’insécurité ».

Il est aussi dit dans la déclaration liminaire que les observateurs sont divisés en deux catégories dont la première composée de 3300 observateurs aura pour mission de collecter les données sur les scrutins, qui seront analysé en aval par la CODEL. « La seconde catégorie, composée de 500 personnes dotées de smartphones, aura pour mission de faire remonter instantanément. Les données au Quartier Général de la CODEL ».

Le président a expliqué que le Quartier Général de la CODEL, situé à l’hôtel Splendid de Ouagadougou et ouvert au public, aura pour mission d’abord, « d’assurer la remontée des données avec les 500 observateurs, et d’aliment les analyses de la CODEL sur la qualité des opérations électorales » à travers sa chambre technique. Ensuite, la chambre de décision « se chargera de prendre attache avec la CENI pour signaler d’éventuels cas de dysfonctionnements et de publier des communiqués sur le processus électoral.

La CODEL ne pourra pas faire de comptage rapide et parallèle

Selon Alidou Ouédraogo, « la CODEL ne pourra pas comme en 2015 faire un comptage parallèle et rapide des votes ». Il a expliqué qu’une telle approche aurait demandé une toute autre méthodologie qui à l’heure actuelle est rendue impossible par le fait qu’une partie du territoire ne participe pas au vote et que cela risque de fausser le tirage de l’échantillon.

Cependant il a rassuré que le monitoring permettra de « collecter, d’analyser et de diffuser des informations sur le déroulement du scrutin en temps réel  afin de garantir la crédibilité, la fiabilité et la transparence du scrutin, d’optimiser un système d’alerte précoce le jour du scrutin (à travers le site www.burkina vote.org et sur les réseaux sociaux  à travers le hashtag burkinavote2020), de dissuader toute velléité de fraudes par la présence massive des observateurs dans les bureaux de vote, de contribuer à corriger tout dysfonctionnement constaté le jour du scrutin en saisissant les autorités et institutions chargés de l’organisation, de la supervision et de la gestion du processus électoral »

Alidou Ouédraogo a ajouté également que la CODEL élaborera et publiera un rapport général sur le processus électoral au plus tard 2 semaines après les élections, sur la base des données recueillis par l’ensemble des 3800 observateurs.

Josué TIENDREBEOGO (stagiaire)

Burkina 24

 



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *