Présidentielle au Faso : Revivez le premier tour du vote de la diaspora à Abidjan

90 0

Près de six (6) mille électeurs étaient appelés aux urnes en Côte d’ivoire à travers les trois juridictions consulaires du Burkina Faso, Abidjan, Bouaké et Soubré pour ce premier tour de l’élection couplée  au Faso. Ils avaient le choix entre les douze (12) bulletins. Les Burkinabè vivants en Côte d’Ivoire ne se sont pas faire prier pour honorer ce rendez-vous “historique”.

Les agents de la Commission électorale depuis 6h du matin n’ont pas eu un seul temps à eux du fait de la forte affluence.

Du côté des électeurs, la joie et la sérénité sont de mise. Le journaliste-consultant Emile Ilboudo Scipion en explique toutefois les enjeux: « C’est un moment unique pour la diaspora bien que le vote des Burkinabè de l’étranger soit inscrit dans la constitution depuis la gouvernance du Président Blaise Compaoré. Pour des raisons politiques et stratégiques, sans doute, ce vote n’a pas pu se matérialiser. Il a fallu attendre le Président Roch Kaboré qui en a fait un engagement pour que les Burkinabè vivant loin de leur patrie expriment comme aujourd’hui leur droit de choisir le président du Faso. Cela est à mettre dans son actif même si dans les faits nous restons sur nos faims quand on met sur la pesée le nombre des Burkinabè en Côte d’Ivoire estimés au bas mot à 3 millions d’âmes et le nombre de personnes inscrites sur le fichier électoral. Là encore, l’on pourrait penser que cela répond à des calculs forcement politiques car cette diaspora, principalement celle vivant en Côte d’Ivoire,  est capable de faire basculer dans tous les sens l’issue de ce scrutin… Il faudrait alors considérer ce vote de la dispora comme un test».

En tout état de cause, les Burkinabè de la Côte d’Ivoire, à l’instar de leur ambassadeur Zongo Mahamadou, ont comme un seul homme pris d’assaut les locaux du consulat Général du Faso à Abidjan dans la commune du plateau à Abidjan.  Ce dernier sous le coup de 08:42 mns, accompagné du Consul général, de son épouse, de ses plus proches collaborateurs ainsi que du Préfet d’Abidjan a accompli son devoir citoyen sous les projecteurs de la presse.

A celle-ci il a confié ce qui suit après son vote : «Après avoir accompli mon devoir civique, je tenais à remercier tout particulièrement les autorités ivoiriennes qui n’ont ménagées aucun effort pour nous faciliter l’organisation du vote des Burkinabè en Côte d’Ivoire. Je remercie également les représentants des partis politiques pour leur rôle joué pour la bonne tenue de ce processus. C’est le lieu d’inviter nos concitoyens à recourir aux voies légales en cas de recours », a-t-il prescrit.

S.E. Mahamadou Zongo, Ambassadeur du Burkina Faso en Côte d’Ivoire.

« J’avoue que c’est un grand plaisir de participer aux élections de notre pays. C’est une première en Côte d’Ivoire et c’est tout à fait normal pour de participer à désigner les premiers responsables de la gestion de notre pays », explique Emmanuel Bazié, directeur commercial et ventes dans une multinationale de la place.

Ce sentiment est également partagé par Sodeinan Madeleine : « Je suis venue voter pour l’avenir de mon pays, pour moi-même et pour mes enfants. Je considère que c’est un devoir que je dois accomplir », a-t-elle estimé.

La société civile de la diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire, à l’avant-garde de la revendication portant sur le vote de la diaspora burkinabè n’a pas boudé cette journée de vote. Hamed Savadogo, président du Conseil National des Burkinabè de Côte d‘Ivoire partage son sentiment d’accomplissement après plusieurs années de lutte pour obtenir le vote de la diaspora burkinabè .

Hamed Savadogo, électeur et membre de la société civile de la diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire.

« Je suis ici ce matin pour savourer cette fête, si je peux le présenter ainsi, au sein de du Consulat du Burkina Faso en Côte d’Ivoire car après engagée par nos devanciers et dont par la suite nous en avons pris le relais porte ses fruits ce 22 novembre 2020. C’est un sentiment de joie en clair qui nous anime en ce jour. Toutefois, en tant qu’acteur de la société civile, il est important d’apporter des remarques qui principalement portent sur le nombre d’inscrits sur la liste électorale. Ce nombre contraste fortement avec la population d’environ 5 millions de Burkinabè en Côte d’Ivoire. Nous osons croire que les autorités jetteront un regard sur cette question pour les prochains enjeux », a préconisé ce leader de la jeunesse Burkinabè en Côte d’Ivoire.

Des images de cette journée de vote à Abidjan

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *