Elections au Burkina Faso : La CENI a « failli dans l’organisation », selon l’Opposition

348 2

La conférence des candidats signataires de l’accord politique de l’opposition a, dans une déclaration ce lundi 23 novembre 2020, décrié « l’organisation générale du scrutin » du 22 novembre 2020 au Burkina Faso. « Nous exprimons toute notre consternation quant à la manière dont l’organisation a été faite » par la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Par la voix de Tahirou Barry, les candidats signataires de l’accord politique de l’opposition ont égrené, ce lundi 23 novembre 2020, des griefs à l’encontre de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Pour ces candidats, la CENI a procédé à l’annonce des résultats « largement favorables à la majorité sortante » sans avoir procédé à une compilation manuelle.

Selon ces candidats de l’opposition, « tous les observateurs sont unanimes pour dire que la CENI a failli dans l’organisation administrative et pratique de l’élection du 22 novembre 2020, toute chose, poursuit Tahirou Barry, qui nous amène à émettre de très fortes réserves sur la sincérité et la crédibilité des résultats ».

Ainsi, entre autres griefs, l’opposition relève la modification à la dernière minute et de manière informelle du nombre et de la cartographie des bureaux de vote retenus pour les élections. Aussi, « des bureaux de vote prévus pour être ouverts sont restés fermés alors que d’autres bureaux qui ne devraient pas s’ouvrir pour raison d’insécurité ont été ouverts à la dernière minute sans une concertation préalable avec les acteurs politiques », a ajouté Tahirou Barry.

Vidéo –  Les griefs de l’Opposition contre la CENI

 

Burkina 24

Les candidats signataires ont également noté la non-ouverture ou l’ouverture tardive « de plusieurs bureaux sur l’ensemble du territoire national. Un bureau a ainsi pu ouvrir à 17 heures à Ouagadougou pour fermer ses portes à 18 heures. Des milliers d’électeurs ont été ainsi empêchés d’accomplir leur devoir citoyen », a fait savoir Tahirou Barry qui n’a pas manqué de signifier  que l’ensemble du processus a été émaillé de fraude.

Pour ces candidats de l’opposition, « la CENI n’a pas été à la hauteur de la mission de bonne organisation des élections qui est à sa charge », a indiqué Tahirou Barry qui a précisé que cette « mauvaise » organisation comporte deux  conséquences « majeures ».

D’abord, a expliqué Tahirou Barry, elle pénalise les candidats de l’opposition et ensuite, jette un discrédit sur les résultats des élections. « En tout état de cause, les signataires de l’accord politique de l’Opposition n’accepterons pas des résultats entachés d’irrégularités et qui ne reflètent pas la volonté du peuple burkinabè », a conclu Tahirou Barry.

En rappel, étaient présents lors de cette déclaration, les candidats Zéphirin Diabré, Ablassé Ouédraogo, Kadré Désiré Ouédraogo, Tahirou Barry, Gilbert Noël Ouédraogo, Eddie Komboïgo. 



Ignace Ismaël NABOLE

Journaliste reporter d'images (JRI).

Article similaire

Il y a 2 commentaires

  1. C’est ridicule, ce que vous en train de faire. Nous sommes tous au Burkina. Les gens de l’opposition, ne nous prenez pas pour des idiots. Si vous avez été incapables pour vous faire voter, il ne faut pas nous créer des problèmes.

  2. CHÈRE OPPOSITION,
    Cessez de vous ridiculiser!
    « la CENI a procédé à l’annonce des résultats… sans avoir procédé à une compilation manuelle »: Où étiez-vous quand l’opération a commencé ? N’avez-vous pas vos membres dans cette même CENI ? Comment fonctionne-t-elle ? N’est-ce pas le consensus qui en est le principe directeur ?
    Et quelles étaient les clauses de départ concernant la compilation et l’annonce des résultats ? N’avez-vous pas marquez votre accord dans ces clauses ? OUI !
    Mais pourquoi vous levez-vous brusquement pour dénoncer ce que vous avez approuvez et mis ensemble en place avec la mouvance ? Soyez sérieux !
    A vrai dire, ce n’est pas l’annonce des résultats sans compilation manuelle qui vous pose problème. NON ! C’est plutôt ceci : des résultats « largement favorables à la majorité sortante ».
    Et qu’avez-vous fait de solide et convainquant pour que les résultats ne soient pas largement en faveur de la majorité au pouvoir ? Du bruit seulement ! Des boulets rouges sur le régime en place qui n’ont pas pu duper le citoyens lamda. Vous n’avez même pas été capable de trouver un candidat unique, à la hauteur pour faire trembler le ‘’ROCH’’. Tout cela à cause de l’égocentrisme qui vous anime.
    La mouvance au moins a le mérite de s’accorder sur un seul candidat, bien qu’étant composée de partis d’obédience diverses et différentes. Et vous ? Je vous en prie ayez l’humilité de savoir que la mouvance n’a pas besoin de vous « pénaliser » dans ce scrutin pour vous battre. D’ailleurs vous-vous étiez déjà pénalisés par la dispersion de vos efforts.
    Pensez-vous que les burkinabè sont bêtes ? Ils savent qui vaut mieux que qui !
    « Tous les observateurs sont unanimes pour dire que la CENI a failli dans l’organisation administrative et pratique de l’élection du 22 novembre 2020 » : C’EST FAUX ! Tous nous suivons les opérations de près. Nous avons entendu la mission des observateurs de la CEN-SAD, la CEDEAO, et la société civile burkinabè, CODEL : Tous ont salué la bonne tenue des élections qui se sont déroulées dans le calme et la sérénité. Ils ont salué la CENI pour bonne organisation, ainsi que le peuple burkinabè qui a accompli son devoir dans le calme, la quiétude. D’autres parts, ils ont reconnu des failles organisationnelles, mais qui ne peuvent en aucun cas mettre en doute la crédibilité des élections, n’ayant pas constaté des cas de fraudes.
    Pourquoi donc vous vous débattez ? Vous pouvez revenir sur votre promesse de ne pas remettre en cause les résultats des élections, comme vous l’avez déjà déclaré : « En tout état de cause, les signataires de l’accord politique de l’Opposition n’accepterons pas des résultats entachés d’irrégularités et qui ne reflètent pas la volonté du peuple burkinabè ». Mais sachez que nous Burkinabè n’allons pas vous suivre dans votre ivresse ! Il y a des voies établies par le législateur ; nous vous conseillons, si contestation, d’emprunter celles-ci pour vous plaindre.
    Nous sommes fatigués, des gens qui ne voient que leur propre intérêt et non celui du peuple.
    Pour un Burkina de Paix, en avant! Dieu bénisse le Faso.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *