Elections présidentielle et législatives : Le mouvement « FASO OU RIEN » appelle les acteurs au dialogue

572 0

Ce mardi 24 novembre 2020, le mouvement « FASO OU RIEN » (FOR) s’est prononcé sur les élections présidentielle et législatives, à Ouagadougou, au sein du Centre National de Presse Norbert ZONGO (CNP-NZ). Le mouvement a  interpellé les acteurs politiques sur la nécessité de l’instauration d’un climat de paix et de stabilité au Burkina Faso.

Le coordonnateur du mouvement « FASO OU RIEN », Roland Bayala a  affirmé que les déclarations de part et d’autre inquiètent plus d’un Burkinabè, d’où la nécessité du dialogue.

 «Attachés aux valeurs de paix et de vivre ensemble, nous demandons à l’opposition et au pouvoir de mettre de l’eau dans leur vin pour le bonheur des Burkinabè », a-t-il poursuivi.

Selon Roland Bayala, le mouvement « FASO OU RIEN » a pour objectif d’unir et rassembler tous les fils et filles du Burkina. Cette conférence sera un moyen pour le mouvement (FOR) de lancer un appel aux acteurs politiques, à travailler pour unifier les fils et filles du Burkina par l’instauration d’un dialogue politique.

 « Mon appel concerne  la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) à qui nous demandons, de prendre les dispositions nécessaires, pour éviter une crise post-électorale ; à l’opposition d’attendre la proclamation définitive des résultats pour une quelconque plainte conformément aux textes en vigueur et au parti au pouvoir de travailler à unifier le peuple burkinabè », a-t-il ajouté.

Laurent Moné, vice-président du mouvement a insisté sur l’impartialité du mouvement. Il a déclaré que le mouvement ne cherche pas à indexer un fautif, mais, il  a pour objectif d’appeler le peuple à dépasser l’étape de désignation des fautifs, pour arriver à une étape où la fraternité est mise en avant.

Tout en invitant la population burkinabè à rester vigilante et fraternelle, le coordonnateur Roland Bayala a rappelé aux différents acteurs, que le mouvement « FASO OU RIEN » et le peuple burkinabè de façon générale, tient à l’œil tous ceux qui refuseront l’option du dialogue et qui inciteront le peuple à la haine, à la violence.

ABDOUL GANIGNOU BARRY, Deborah BENAO, Akim KY(Stagiaires)

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *