Le meilleur prix OFAB 2020 décerné au Kenyan Léopold Obi

550 0

La cérémonie de remise de prix du forum ouvert sur la biotechnologie agricole (OFAB) Afrique s’est déroulée le jeudi 3 décembre 2020 par visioconférence. Le Kenyan Léopold Obi a été sacré meilleur journaliste OFAB de l’année 2020.

Ce forum récompense les productions journalistiques sur le domaine chaque année. Pour cause de la pandémie de Covid-19, la cérémonie qui devrait avoir lieu au Mozambique s’est plutôt tenue par visioconférence.

Le meilleur prix de cette édition a été Léopold Obi du Kenya. L’Ougandaise Sarah Natoolo a quant à elle gagné le prix OFAB dans la catégorie radio suivi du kenyan William Lusige dans la catégorie télé.

A l’occasion, la section du forum ouvert sur la biotechnologie Burkina a échangé avec les acteurs agricoles et les journalistes. Le point focal de l’OFAB, Oumar Traoré a relevé quelques réalités qui pénalisent d’un côté les productions des journalistes francophones du fait que le jury soit composé que des anglophones.

« Ça biaise un peu mais peut-être aussi que pour compenser cette partie, il faut nous aussi on soit percutant. Je suis certain que si nous avons des productions percutantes, ça peut changer la donne. Je ne sais pas les critères sur lesquels, ils se sont basés pour désigner les gagnants mais ils regardent forcement les objectifs des pays membres de l’OFAB », a-t-il laissé.

La science évolue

Il a poursuivi en indiquant que la science évolue, les choses changent beaucoup et très rapidement, et aussi les discussions sur les aspects technicités de celle-ci. « Les médias doivent aussi évoluer davantage. Et les scientifiques le doivent comprendre pour pouvoir expliquer aux autres afin de leur apporter le message. Ça c’est extrêmement important », a-t-il dit.

Il a déploré également le recul du Burkina Faso en ce qui concerne la culture du coton. « Un des éléments qui est resté à travers la gorge des Burkinabè c’est que nous étions devant avec le coton et puis nous sommes retournés en arrière. Il y en a qui disent c’est un abandon. D’autres une suspension et jusque-là, on ne bouge pas », a ajouté le point focal de l’OFAB.

Il sied de noter que l’OFAB est présent dans huit pays africains que sont, entre autres, le Kenya, l’Ouganda, le Ghana et le Burkina Faso.

Willy SAGBE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *