Burkina : Le SPONG et l’UNICEF contrôlent  l’effectivité de la politique  de gratuité des soins

236 0

Le Secrétariat Permanent des Organisations non gouvernementales (SPONG) a organisé le vendredi 4 décembre 2020, à Ouagadougou, un atelier de restitution des résultats du contrôle de  l’effectivité de la politique  de gratuité.   La rencontre a pour objectif d’informer les décideurs et l’opinion  publique  sur l’effectivité de l’application de cette mesure.

En avril 2016, le gouvernement a adopté le  décret  N° 2016-311/PRES/PM/MS/MATDSI/MINEFID portant mesures de gratuité des soins chez les enfants de moins de 5 ans et les femmes. En application de ce décret, les mesures de gratuité de soins ont été  mises  en œuvre dans les formations sanitaires publiques et certaines structures privées de santé.

C’est dans cette optique que  le Secrétariat Permanent des ONGs (SPONG) a élaboré depuis 2015, deux projets de contrôle successifs de mesures sociales dont celle de la gratuité, débutée depuis mai 2018. Il  a ainsi décidé de contrôler  l’effectivité de la mesure dans   6 régions sanitaires du pays dont  Sahel, du Centre Nord, de l’Est, du Centre-Est, du Centre-Ouest  etdu Centre-Sud.

Selon Pierre Noël Ouédraogo, chargé de programme du SPONG, de façon globale, la mesure a été bien suivie.

« Nous sommes en train de voir avec les partenaires comment améliorer l’accès de cette gratuité aux femmes et aux enfants de 0 à 5 ans. L’objectif principal c’est d’essayer d’améliorer l’aspect qualitatif de cette accessibilité pour la population vulnérable.

Au jour d’aujourd’hui, le taux fructueux est entre 90 et 95% mais il faut qu’à terme tout ce qui est comme imperfection puisse être corrigé », a-t-il déclaré.

Pour effectuer le contrôle de l’effectivité, le SPONG a bénéficié de l’appui financier de l’UNICEF, à  travers le groupe thématique  protection sociale.

“Pour nous, la voix des femmes et des enfants est assez importante pour pouvoir apporter des ajustements”

Francis Oubda, spécialiste en politique sociale à l’UNICEF,  la structure compte  utiliser les rapports des travaux dans le cadre du dialogue politique avec le gouvernement.

« Nous estimons que pour améliorer cette mesure, il est important d’entendre la voix des bénéficiaires. Ceux qui bénéficient de cette mesure sont mieux placés pour apprécier la qualité de la mise en œuvre de ces mesures. C’est dans ce sens que l’UNICEF a soutenu le SPONG dans la mise en œuvre de ce projet », a-t-il justifié.

« Pour nous, la voix des femmes et des enfants est assez importante pour pouvoir apporter des ajustements et faire en sorte que la mesure se perfectionne au fil du temps au profit des couches vulnérables que sont les femmes et les enfants », a poursuivi Francis Oubda.

A l’issue de ce contrôle, qui s’est déroulé  dans les premiers trimestres de l’année 2020, le SPONG  a formulé des recommandations et suggestions pour une bonne mise en œuvre effective du décret. Il s’agit, entre autres, de l’intensification de la communication sur la mesure de gratuité, la disponibilité des médicaments et autres intrants nécessaires dans les formations sanitaires et l’accélération des procédures de remboursement financiers.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24



Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *