Musique: « Black Vanila », en hommage à Hamidou Valian

257 0

Hamidou Valian est décédé en 2018, à l’âge de 34 ans. Son souvenir est encore vivant et fort dans les esprits des membres du collectif « Qu’on sonne et voix-ailes ». Cheminant désormais à trois, leur deuxième album « Black Vanila » présenté ce mardi 1er décembre 2020, est un hommage à leur camarade. Mais c’est le désir  d’avancer qui anime plus le collectif et il annonce un premier concert pour le 8 décembre 2020 à l’Espace Gambidi, à Ouagadougou.

Avec « Black Vanila », du nom d’artiste de Hamidou Valian, les membres du collectif « Qu’on sonne et voix-ailes » se rappellent de l’ « ami doux de nom mais dur d’oreille ».

Il est plus que jamais présent parmi eux, depuis la pochette de l’album, les affiches, en passant par des bouts de sa voix repris dans des chansons ou des textes qu’il avait écrits, interprétés ici par ses compagnons.

Dans le creuset du théâtre de Gambidi, ils sont là comme dans leur quotidien, vrais, authentiques,  humbles, la mine parfois serrée et le regard de temps en temps vers le poster souriant de l’autre sur l’écran. Mais ils sont surtout résolus à continuer le grand chemin, « Siraba » ouvert il y a quelques années. Une attitude qui inspire, séduit. Ils trouvent des compliments du public.

Passé le temps de l’hommage, le collectif « Qu’on sonne et voix-ailes », reste dans son style. Dénonçant. Des poèmes, de la mélodie, du rythme. Chacun y trouvera son compte, à travers du reggae, du folk, du rock et même du poème pour l’être cher, dans cette musique parfois teintée d’humour.

Encore douze titres pour ce second CD qui portent la signature des artistes qui scrutent leur société. Les thématiques interpellent avec « Indépendance BlaBla », « La plume calcinée », référence au journaliste Norbert Zongo assassiné, « Ouaga 2 roues », une sorte de photo sonore de la circulation de la ville ou « Le minier ».

A la veille des élections présidentielles, les slameurs interpellent « Monsieur le Président » quant à la tenue de ses promesses. Ils n’ont pas manqué de rappeler à certains de leurs collègues que être « Artistes » c’est aussi à force de travail et non de porter les dreads locks.

Ce sont aussi des collaborations bien orchestrées avec d’autres artistes tels Dabros non Loti Zen, Damo de la formation « Kilée » et de la comédienne Claire Tipy. Mais un album aussi marqué de la personnalité, la marque de chacun, Térence, B-Ranger et Tony.

En spectacle théâtralisé, en accapella ou accompagnées de musiciens, les voix posées sur les mélodies, les paroles de ces slameurs souvent empreintes d’humour, se laissent boire.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *