Cyber-sécurité : Le Burkina Faso et le Bénin accordent leurs violons

440 0

Un plan d’action a été signé ce mercredi 9 décembre 2020 à Ouagadougou, marquant l’opérationnalisation d’une coopération entre les Agences Nationales de la Sécurité et des Systèmes d’Information (ANSSI) du Burkina Faso et du Bénin et la société américaine CyBASTION Institute of Technology. Ce plan d’action est sensé renforcer la cyber-sécurité au Burkina Faso et au Benin.

Le monde connait « un boom » en matière de connectivité à internet avec le fort taux de pénétration du mobile, selon les explications de Michaël Guibougna Lawakiléa Folane, directeur général de l’ANSSI Burkina. Pour lui, un tel constat devrait amener à envisager des actions pour garantir la sécurité des usagers d’internet.

Rappelant le classement de l’Union Internationale des Télécommunications, il a fait comprendre que lorsqu’un pays tend vers 1 sur l’échelle, cela veut dire qu’il a un indice de système de cyber-sécurité assez élevé. Pour le cas du Burkina Faso, il a indiqué que le pays est classé parmi ceux qui ont les niveaux de système de sécurité assez faibles avec des niveaux d’indice approchants 0,3 dans le classement.

« Les menaces qui seront observées au Bénin seront connues du Burkina »

C’est donc dans l’objectif d’amener les deux pays à quitter la zone de ceux qui ont des niveaux d’indices de systèmes de sécurité faibles vers un niveau élevé que les deux agences de cyber-sécurité ont procédé à la signature d’un partenariat le 11 novembre 2020 à Cotonou, avec la mise en place du présent plan d’action qui, selon Ouanilo Medegan Fagla, Directeur général de l’ANSSI Bénin, va se décliner en cinq années.

Ouanilo Medegan a présenté le premier projet du plan d’action comme étant axé sur le partage d’information et d’expérience : « ça peut consister en la mise en forme d’une plateforme technique d’échange de menaces. Les menaces qui seront observées au Bénin seront connues du Burkina Faso avec les moyens de mitigation, les dégâts qui peuvent être causés, comment les détecter ». Il a ajouté que de cette manière, les deux pays travailleront en synergie pour prévenir la majorité des potentielles menaces informatiques. 

Obtenir des ressources humaines fiables en cyber-sécurité

L’autre convention est celle signée entre les deux agences et l’institut américain CyBASTION Institute of Technology. Selon le Directeur général de l’ANSSI Burkina, le partenaire américain va apporter une expertise très importante dans tout ce qui est cyber-sécurité, investigation numérique, réponses aux incidents et la formation qui, selon Wandji Thierry, PDG de CyBASTION Institute of Technology, sera pourvoyeuse de savoir-faire et d’opportunités d’emplois pour les jeunes.

Il a expliqué dans ce sens qu’il y aura plusieurs métiers du numérique qui vont être créés. Pour Michaël Folane, les formations seront axées sur la sensibilisation et la communication « afin d’obtenir des ressources humaines de qualité », pour un cyberespace qui inspire la confiance des utilisateurs.

Par ailleurs il a précisé que les deux agences et l’institut américain entendent travailler sur des politiques, des procédures et des règlementations en matière de cyber-sécurité.

Josué TIENDREBEOGO (stagiaire)

Burkina 24



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *